Livres, parlez-nous de vos lectures...

Page 12 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  Yan le Lun 30 Aoû - 10:58

zepelin a écrit:
Je pense que Tortue-géniale aurait été plus adapté pour représenter Jean-Fi (et son grand age !!) Laughing
avatar
Yan
Accroc
Accroc

Nombre de messages : 1040
Age : 44
Localisation : Villeurbanne
Date d'inscription : 12/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  zepelin le Lun 30 Aoû - 12:14

Oui c'est vrai Laughing Wink

Bon, faudra quand même que quelqu'un se décide à le mettre, parce que ça part en vrille sévère là lol!

Attention...




Non mais
avatar
zepelin
Accroc
Accroc

Nombre de messages : 2708
Age : 36
Localisation : Namur - Belgique
Date d'inscription : 24/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  Jean-Fi le Lun 30 Aoû - 14:28

On arrête de polluer le topic maintenant. Les blagues les plus courtes sont les meilleures et les moins longues. Merci

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17028
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Ven 21 Jan - 21:03

Marcel Marlier, dessinateur belge à qui l'on doit la série pour les petites filles "Martine" (en collaboration avec Gilbert Delahaye, décédé en 1997) est décédé à l'âge de 80 ans.
Cette série d'albums pour enfants a parfois été décriée à cause d'une héroïne trop parfaite, qui semblait issue d'un milieu plutôt bourgeois, mais pour ma part, j'ai lu Martine pendant mon enfance, et j'en garde le souvenir de petites aventures agrémentées de très beaux dessins qui me faisaient plutôt rêver. Certains dessins de Martine ont même été dans les premiers modèles que j'ai tenté de reproduire moi-même, avec un résultat, si je m'en souviens bien, pas si mal Wink
Même maintenant, je continue à penser que le dessin de Marcel Marlier est tout en finesse, avec de jolies couleurs, d'une grande fraîcheur. Le look de Martine a un peu évolué pour coller à l'époque, mais l'héroïne a je pense peu changé.
Alors adieu l'artiste...





Voir : article de rtbf info

_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  StfMarj le Sam 22 Jan - 12:22

J'en ai lu également dans mon enfance et j'ai toujours été admirative devant le réalisme des dessins, certes romantiques, mais très bien réalisés.
Les histoires étaient fraîches et très nature.
Une bonne série de livres.
avatar
StfMarj
Résident
Résident

Nombre de messages : 938
Age : 42
Localisation : Sennevières 60 France
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  Jean-Fi le Sam 22 Jan - 13:10

A ne pas mettre entre toutes les mains tout de même:


_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17028
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Sam 22 Jan - 13:19

Suspect

Ceci dit, les pastiches de couvertures de Martine sont multiples sur internet, et celle-là est encore soft Laughing

_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  StfMarj le Sam 22 Jan - 13:34

Je me souviens en effet de parodies de titre bien trouvées dont une gentillette mais qui m'avait bien fait rire : Martine sur un pont, au dessus des voies ferrées et le titre "Martine regarde passer les trains".
C'était con comme titre.
Je ne savais pas qu'il était né à Mouscron et que Michael Jackson s'était intéressé à ses esquisses.

avatar
StfMarj
Résident
Résident

Nombre de messages : 938
Age : 42
Localisation : Sennevières 60 France
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Sam 22 Jan - 14:04

Une sympa... les fans reconnaîtront la référence


_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Sam 29 Jan - 18:59

Les fondations de l'Acadie et de Québec 1604-1611, Samuel de Champlain, éditions du Spetentrion (Québec), 290 pages



Ce livre est une nouvelle éditions des Voyages de 1613 de Champlain. Le texte est d'abord présenté par une longue introduction d'Eric Thierry, professeur d'histoire et de géographie dans un lycée de Picardie, et Docteur de l'Université de Paris-Sorbonne, et à qui on doit également la traduction en français moderne et les annotations du texte. Il s'agit néanmoins tout à fait du récit de Champlain, accompagné de l'iconographie de l'édition originale comprenant des cartes des diverses régions explorées, et des dessins représentant les postes créés par les français et certaines batailles avec les indiens.

Par le texte et l'image, Champlain raconte les installations de français sur l'île de Sainte-Croix, à Port-Royal et sur la "pointe" de Québec. Il y évoque, assez brièvement néanmoins, les difficultés des premiers hivers, marqués par le ravage du scorbut. Il relate en détails les explorations des côtes de la baie de Fundy, du littoral de l'actuel Nouveau-Brunswick, et de la vallée du Saint-Laurent.
Il raconte les alliances avec les nations indiennes des Etchemins, des Mi'Kmaqs, des Montagnais, des Algonquins et des Hurons, et les guerres qu'il fit avec eux contre les Almouchiquois et les Iroquois.
Il évoque tout ce qu'il a vécu aux côtés des autres fondateurs, en particulier Pierre Dugua de Mons et François Pont-Gravé.
Un moment important du récit est l'établissement d'un poste de traite à Québec en 1608, car cet établissement est considéré comme la fondation de la Ville de Québec, qui a donc fêté il y a peu ses 400 ans.
Il raconte aussi ses différents retours en France, marqués entre autres par les difficultés de Dugua de Mons à conserver son monopole sur la traite des fourrures en Nouvelle-France, monopole qui lui donnait la possibilité de fonder des colonies sur ce continent encore peu exploré.

Eric Thierry attire aussi notre attention sur le fait que Champlain cache inévitablement certains aspects de la colonisation, et en enjolive d'autres. Certains passages sont aussi un peu répétitifs, et abondent en descriptions et relevés géographiques. Il est nécessaire aussi de comprendre que l'ouvrage n'a pas été écrit dans le but d'en faire un succès de librairie, mais surtout dans le but de convaincre les commanditaires de l'utilité des investissements en Nouvelle-France, et Champlain n'hésite pas aussi à se poser un peu en héros, celui qui échappe à tous les périls et résout toutes les difficultés.

Mais cela n'empêche pas de sentir derrière ce récit aux tournures de phrases désuètes, toutes les difficultés mais surtout toute l'exaltation qui a dû marquer ces premiers découvreurs. Cela reste un témoignage passionnant, qui est d'ailleurs considéré comme un des textes fondateurs de l'Amérique française. Donc pour tous les amateurs d'Histoire comme moi, c'est une jolie découverte... Wink

_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Jeu 10 Mar - 10:17

Le procès de la momie, Christian Jacq, éditions XO Pocket, 472 pages



Londres 1821. L'explorateur aventurier italien Giovanni Belzoni, surnommé le Titan de Padoue, organise sur les bords de la Tamise la première exposition consacrée à l'art égyptien. En prélude à cette exposition, il organise également, avec l'aide de son épouse Sarah, une soirée consacrée au débandelettage d'une momie, dans les grandes caves voûtées d'un hôtel particulier, décor qui ajoute à l'étrangeté de l'évènement. Au cours de cette soirée, les riches convives qui ont pu obtenir une place pourront acquérir les objets découverts sur la momie, y compris les bandelettes. L'assistance retient son souffle lorsque la momie apparaît : le corps est si parfait, si bien conservé, qu'il en paraît presque vivant. Mais plusieurs détracteurs condamnent la cérémonie : un pasteur anglican menace d'anathème les profanateurs, un vieux lord acariâtre voudrait jeter la momie à ses chiens, et un médecin légiste souhaite l'autopsier et découvrir ainsi ses secrets.
Mais on ne manque pas ainsi de respect à une ancienne dépouille, et le lendemain, les trois détracteurs sont découverts assassinés. L'arme du crime : un crochet d'embaumeur, servant à extraire le cerveau des momies. Et la momie, elle, a disparu.
L'inspecteur Higgins, le meilleur policier du royaume, qui pensait goûter à une retraite méritée dans la campagne anglaise, est chargé de l'enquête par les représentants du gouvernement, pour qui l'affaire ne fait aucun doute : les crimes sont signés Littlewood, un agitateur révolutionnaire, qui recrute dans les quartiers miséreux de Londres, afin de soulever la population contre la monarchie, incarnée par le souverain décrié George IV, sur le modèle de la récente révolution française.
Mais Higgins doit d'abord lutter contre le gangrenage de la police londonienne inefficace, lui qui rêve de créer un corps de police intègre sous le nom de Scotland Yard. Et les conclusions trop hâtives des émissaires du gouvernement ne le satisfont pas. Il est nécessaire d'abord de trouver un lien entre l'agitateur Littlewood et la disparition de la momie de Belzoni. Et a priori, tous les participants au débandelettage sont des suspects potentiels, y compris Belzoni, Littlewood étant sans doute le surnom révolutionnaire de l'un d'entre eux. Pour mener son enquête, Higgins obtiendra l'aide inattendue d'une jeune aristocrate distinguée, Lady Suzanna, seule femme avocate du royaume, qui avait également participé à la soirée de Belzoni.
Pendant ce temps, l'exposition de Belzoni est un succès, et l'explorateur italien, qui vient également de publier le récit de ses découvertes, tente de faire accepter ses plus belles pièces au British Museum, espérant ainsi acquérir la respectabilité d'un scientifique reconnu...


Christian Jacq, le célèbre égyptologue devenu romancier, nous livre ici un roman policier sur fond historique du Londres du début du XIXe siècle. Il mêle la situation politique de l'époque, avec des agitations révolutionnaires dans les quartiers miséreux de Londres, à la découverte de l'égyptologie par le grand public. En filigrane du roman, il met également en lumière la lutte scientifique que se livrent l'anglais Thomas Young et le français Jean-François Champollion pour le déchiffrement des hiéroglyphes.
Le roman nous permet de faire surtout connaissance avec Giovanni Belzoni, une des grandes figures historiques de l'archéologie égyptienne. Italien originaire de Padoue, Belzoni, fuyant l'Italie, s'est d'abord illustré comme homme fort dans des foires londoniennes. Las de cette vie, il décide avec sa femme Sarah, une belle irlandaise, de tenter sa chance en Egypte, où il utilisera d'abord ses talents en ingénierie hydraulique. Mais son penchant pour l'aventure et l'exploration le mène à devenir pourvoyeur d'antiquités égyptiennes pour le consul britannique Henry Salt. On lui doit de nombreuses découvertes importantes, comme celle de la tombe de Séthi 1er, le père de Ramsès II, l'ouverture de la pyramide de Kephren à Gizeh, ou l'exhumation du grand temple d'Abou Simbel.
Mais Christian Jacq nous décrit aussi une époque marquée par la guerre que se livraient archéologues et aventuriers de diverses nationalités pour piller les trésors de l'Egypte. Ces trésors étaient éparpillés dans les musées ou vendus à de riches particuliers, on démontait des obélisques pour les ériger dans des squares européens, et surtout, on ne montrait aucun respect pour les antiques momies qui, une fois dépouillées, finissaient souvent dans les ordures, ou transformées en onguent supposé guérir de tous les maux.
Même s'il s'agit d'un roman policier racontant l'enquête de l'inspecteur Higgins, on sent donc bien l'égyptologue en arrière-plan, et l'aspect historique du roman me semble d'ailleurs être son aspect le plus intéressant, l'enquête policière souffrant elle un peu de répétitions.

_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Sam 4 Juin - 23:39

La bicyclette bleue, Régine Deforges, éditions Livre de Poche, 413 pages



Eté 1939, Léa a dix-sept ans, et l'avenir semble radieux devant elle. Deuxième fille de Pierre et Isabelle Delmas, propriétaires d'un vignoble de Montillac, près de Bordeaux, elle ne compte plus les prétendants, attirés par sa flamboyante chevelure rousse, ses yeux violets et ses manières de sauvageonne croquant la vie à pleines dents. Seule ombre au tableau : elle vient d'apprendre que Laurent d'Argilat, un jeune homme distingué fils d'une riche famille voisine, et dont elle est secrètement amoureuse, va se fiancer avec sa cousine Camille, une jeune fille terne et effacée. Le caractère entier et capricieux de Léa a bien du mal à se faire à cette idée, et lors de la fête donnée pour l'annonce des fiançailles de Camille et Laurent, elle se jette au cou de ce dernier, qui repousse cet amour juvénile. La scène a cependant eu un témoin inattendu en la personne de François Tavernier, un aventurier à la réputation incertaine.
Mais l'harmonie de cette fin d'été va être bousculée par la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France. Tous les jeunes hommes partent au front, y compris Laurent, et aussi Claude, le frère de Camille, avec lequel Léa se fiance par dépit. Mais Claude est très vite tué, et Léa part s'installer à Paris, chez ses tantes Albertine et Lisa. Elle a de plus promis à Laurent de veiller sur Camille, seule dans leur appartement de jeunes épousés à Paris. Pour Léa, cette promesse est aussi un moyen de garder des nouvelles de Laurent, qu'elle espère toujours reconquérir.
Quand les Allemands envahissent Paris, Camille vit une grossesse très difficile, et le moindre déplacement pourrait lui coûter la vie. Léa se retrouve donc bloquée à Paris, essayant tant bien que mal de se procurer les choses nécessaires, aidée parfois par François Tavernier qu'elle a retrouvé, et pour lequel elle éprouve une attirance physique incompréhensible...


Ce premier tome de la série La bicyclette bleue, qui en compte maintenant 10, pose le décor et les personnages. Le début de l'histoire semble une adaptation moderne et dans le cadre de la seconde guerre mondiale de Autant en emporte le vent, ce dont l'auteur ne se cache pas : un triangle amoureux, une jeune fille forte contrainte de s'occuper de sa rivale fragile, un aventurier sans scrupules qui essaie de conquérir la belle égoïste, jusqu'à l'inimitié entre les deux soeurs et la mort de la mère, pilier de la famille, le tout sur fond de déclaration de guerre, tout y est.
La force du roman est cependant de décrire les privations dues à la guerre, les scènes d'horreur des exodes de populations attaquées par les bombardements venus du ciel qui tuent indistinctement hommes, femmes, enfants, vieillards. De nombreux drames familiaux seront la conséquence de ces attaques et de cette occupation, dont la mort de la mère de Léa, ce qui rendra son père fou de chagrin, et incapable de gérer la propriété.
Régine Deforges met bien en évidence les clivages qui se font au sein des familles, entre les pétainistes convaincus et les partisans d'une lutte pour la liberté, qui tentent de suivre les messages du Général de Gaulle depuis Londres. Instinctivement, Léa est de ces derniers et, inconsciente du danger, elle sert de courrier pour ces combattants clandestins, reconnaissable sur sa bicyclette bleue. Mais la propre soeur de Léa, Françoise, tombe elle amoureuse du jeune officier allemand qui occupe la maison familiale.
Petit à petit, on sent donc que l'histoire se dégage du modèle de Margarett Mitchell, et les aventures de Léa et François les feront passer par bien des déboires et des pays tout au long de la série.
Notons que le premier cycle de la saga a été adapté pour la télévision, avec Laetitia Casta dans le rôle titre, qui a très bien campé la fougueuse Léa.

_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  Klemmapuce le Dim 12 Juin - 12:54

On n'y voit rien, Daniel Arasse, éditions Folio essais, 216 pages



Que fait-on quand on regarde une peinture ? A quoi pense-t-on ? Qu’imagine-t-on ? Comment dire, comment se dire à soi-même ce que l’on voit ou devine ? Et comment l’historien d’art peut-il interpréter sérieusement ce qu’il voit un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout ?
En six courtes fictions narratives qui se présentent comme autant d’enquêtes sur des évidences du visible, de Velasquez à Titien, de Bruegel à Tintoret, Daniel Arasse propose des aventures du regard. Un seul point commun entre les tableaux envisagés : la peinture y révèle sa puissance en nous éblouissant, en démontrant que nous ne voyons rien de ce qu’elle nous montre. On n’y voit rien ! Mais ce rien, ce n’est pas rien.


Ce livre est pour tous les amoureux de peinture qui non seulement aiment ressentir quelque chose devant un tableau, mais aussi comprendre ce qu’a réellement voulu exprimer le peintre. Daniel Arasse est passé maître dans l’art de décortiquer les tableaux à partir d’un petit détail qui change radicalement parfois le regard qu’on pouvait avoir sur l’œuvre, et ouvre des horizons d’interprétation que nous autres, humbles visiteurs de musées, n’aurions jamais imaginé. Avis à tous ceux que les essais sur l’art ont toujours effrayé à cause du verbiage des historiens de l’art, pas toujours clairs et souvent tellement emportés par leurs idées qu’ils nous perdent tout à fait au beau milieu de leurs explications tarabiscotées. Ici, l’art se lit comme une histoire où le peintre se dérobe et sème des indices dans son œuvre, que Daniel Arasse, en enquêteur brillant et plein d’humour, débusque l’un après l’autre pour nous ouvrir les yeux et non seulement nous instruire, mais également nous faire faire un beau voyage dans ces peintures qu’on ne regarde plus à force de les avoir trop vues..
avatar
Klemmapuce
Résident
Résident

Nombre de messages : 747
Age : 27
Localisation : 5 Square Grimmaud
Date d'inscription : 12/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Dim 12 Juin - 12:59

Intéressant ça, je retiens, et je l'ajoute aussi dans la liste en début de topic Wink

_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  Invité le Mar 23 Aoû - 13:17

Je suis en train de lire "Présent ?" de Jeanne Benameur. Pas encore terminé, mais c'est un livre très prenant, je trouve, pour tous ceux qui sont concernés de près ou de loin par le monde de l'enseignement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Mar 23 Aoû - 17:05

Mmmhh, faudra m'en faire une critique alors... et pour le monde de l'enseignement, je te conseille ceci : lien, qui raconte en plus l'expérience d'un prof de français Wink

_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Mer 26 Oct - 22:05

Mange, prie, aime, Elizabeth Gilbert, éditions Livre de Poche, 507 pages



A trente-et-un ans, Elizabeth Gilbert incarne la réussite à l'américaine : une carrière prometteuse, un mari attentionné, et une grande et belle maison. Il ne manque plus qu'un enfant pour compléter ce tableau idyllique... Mais voilà, c'est bien là le problème, Liz ne sent pas du tout prête à être mère, elle est rongée par l'angoisse et le doute, et se rend compte qu'elle ne veut plus de son mariage. S'ensuivent un divorce long et difficile, en même temps qu'une liaison désastreuse avec le beau David, un peu acteur, un peu bohème, un peu yogi, qui l'initie à la méditation. Mais son aventure avec David la laisse encore plus exsangue et désemparée.
C'est alors que la rédactrice en chef d'un magazine féminin l'envoie faire un reportage en Indonésie. Elle y rencontre un vieux sorcier qui semble déceler beaucoup de choses de sa vie, et qui lui prédit qu'elle reviendra prochainement séjourner à Bali.
C'est à ce moment que Liz décide de prendre une année sabbatique, de tout plaquer et de partir seule à travers le monde. Son voyage comprendra 3 étapes de 4 mois : l'Italie, l'Inde et l'Indonésie. L'Italie d'abord, parce qu'elle veut apprendre l'italien, et découvrir la dolce vita à Rome : elle y profitera avec délices de la gastronomie italienne, et prendra les "douze kilos les plus heureux de sa vie". Ensuite, elle passera 4 mois dans un ashram en Inde, où méditation et rigueur ascétique l'aideront à discipliner son esprit. Enfin, elle séjournera 4 mois à Bali où elle cherchera à réconcilier son corps et son esprit pour trouver cet équilibre qu'on appelle bonheur...


Mange, prie, aime est un roman autobiographique d'Elizabeth Gilbert, dont la plume alerte nous fait vivre toutes ses interrogations, ses réflexions, ses découvertes culturelles sur un mode joyeux et humoristique. Les raisons qui ont poussé Liz à tout plaquer sont résumées en quelques dizaines de pages, et le roman se concentre assez vite sur ses voyages et ses rencontres. L'écriture est savoureuse, alternant des découvertes culinaires presque sensuelles en Italie, et des réflexions métaphysiques en Inde. Au cours de ses voyages, Liz rencontra toute une galerie de personnages hauts en couleurs, qui l'aideront à se reconstruire, et surtout à avoir une meilleure philosophie de vie.
Le roman a fait l'objet d'une adaptation en film, avec Julia Roberts dans le rôle titre. J'ai vu le film il y a quelques mois, et il m'a donné envie de lire le livre. Julia Roberts s'est vraiment bien approprié le personnage, et le film est assez fidèle au livre, sans pouvoir néanmoins retranscrire toutes les réflexions un peu folles du roman, mais ajoutant la beauté des paysages traversés par l'héroïne.
En voici la bande-annonce :


_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  Jinsei le Mar 29 Nov - 18:03

Comme je le disais sur mon blog, j'ai vraiment aimé le livre... j'ai peur d'être déçue par le film, j'ai lu pas mal de critiques négatives mais j'aime bien Julia Roberts..je pense que je vais me laisser tenter!
avatar
Jinsei

Nombre de messages : 78
Age : 43
Date d'inscription : 07/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Mar 29 Nov - 18:38

Franchement j'ai bien aimé le film, c'est très relaxant, et j'aime bien aussi le style de Julia Roberts Wink

_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Sam 7 Avr - 19:44

La ballade de Pern, Anne McCaffrey, Intégrale en cours de parution aux éditions Pocket



L'aube des dragons, premier roman qui ouvre cette intégrale.

Des milliers de colons humains, répartis dans trois vaisseaux, le Yokohama, le Bahrain et le Buenos Aires, arrivent enfin au moment le plus exaltant de leur long voyage commencé quinze ans plus tôt : leur destination, la troisième planète du système de Rukbat, baptisée Pern, est en vue. Pern est une planète au climat agréable, mais assez pauvre en minerais et éloignée du centre de la Galaxie, qui a été ouverte à la colonisation après les missions d'exploration et d'évaluation nécessaires. Les courageux colons savent qu'il s'agit d'un voyage sans retour possible, étant donné les frais engagés pour les amener, avec le matériel nécessaire, dans un secteur aussi éloigné de la Galaxie. Ils sont bien décidés à fonder sur leur nouvelle planète une société égalitaire, basée sur le travail de la terre et l'artisanat. Il ne s'agit cependant pas d'un groupe de doux illuminés, car l'expédition comprend de nombreux scientifiques de haut vol, et tous les corps de métiers indispensables à l'entreprise. Des variétés d'animaux et de plantes terriens ont été prévus, souvent sous forme d'embryons congelés, afin d'assurer la meilleure acclimatation possible des colons. Parmi les animaux, il y a un groupe de dauphins évolués, capables de communiquer dans la langue des humains, qui ont choisi de se joindre à l'expédition, et qui devraient être les premiers découvreurs des mers de Pern.
Sous la direction du Commandant Emily Boll et de l'Amiral Paul Benden, les passagers des trois vaisseaux sont réveillés de leur léthargie, puis les premiers débarquements sur Pern sont organisés, avec priorité aux scientifiques. Parmi les colons, la jeune Sorka Hanrahan est impatiente de découvrir son nouveau monde. Au moment de débarquer, elle fait la connaissance du farouche Sean Connel, un garçon de son âge issu d'un groupe de gitans qui s'est joint aux colons.

La vie s'organise peu à peu sur la nouvelle planète. Les colons construisent des maisons, et toutes les ressources des trois vaisseaux sont utilisées, jusqu'à ce que ceux-ci ne soient plus que des carcasses vides inutiles dans le ciel de Pern. Au Terminus, le site choisi pour le débarquement, à proximité de volcans endormis, toute une société prend forme, avec ce souci d'égalité qui a été le point de départ du projet. Les enfants, tels Sorka et Sean, vont à l'école, mais participent aussi à la découverte des ressources de leur nouveau monde. Une solide amitié nait entre Sorka et Sean, malgré leurs différences, et ils passent leur temps libre à parcourir les environs du Terminus, en quête de nouveautés. C'est ainsi qu'ils découvrent l'existence de petits lézards de feu, ressemblant aux dragons des légendes, que Sorka baptise "dragonets". Témoins d'une ponte, ils apprivoisent trois petits lézards.
Les biologistes de Pern découvrent ainsi ces créatures, et l'empreinte qu'elles peuvent créer avec un humain, les liant ainsi à vie, et permettant parfois une communication télépathique. Peu à peu, cette collaboration entre les humains et les lézards de feu montre diverses utilités, et de nombreux colons confèrent l'empreinte à l'un ou l'autre dragonet.

Plusieurs années paisibles s'écoulent sur Pern et de nombreuses naissances permettent à la société humaine de s'étendre sur le nouveau monde. Les petits lézards sont maintenant nombreux au Terminus, et rendent de nombreux services aux colons avec lesquels ils sont liés.
C'est alors qu'un problème astronomique imprévu, raté par les missions d'exploration, vient gravement perturber la vie sur Pern. Une planète erratique du système revient tous les 250 ans environ frôler le ciel de Pern. Son passage s'accompagne d'une chute d'organismes mortels et voraces, appelés "Fils" par les humains. Une fois réveillés et réchauffés par leur passage dans l'atmosphère, ils se nourrissent de toute matière organique trouvée sur leur passage, proliférant à grande vitesse, et transformant une zone fertile en désert aride en peu de temps. Seuls l'eau et le feu les arrêtent.
D'abord paniqués, les humains essaient de faire face au fléau. C'est alors que les biologistes ont l'idée de créer une variété génétiquement modifiée des lézards de feu, en les transformant en dragons géants, capables d'être montés par un humain et de détruire en plein ciel l'envahisseur spatial...


La Ballade de Pern est une série de romans écrits par Anne McCaffrey entre 1967 et 2007. L'auteur, décédée en novembre 2011, est aidée de son fils Todd pour les derniers tomes parus. La série raconte, à différentes époques, la survie des colons de Pern face à la menace des Fils, grâce à la collaboration avec les Dragons. L'Aube des Dragons, présenté ici, n'est pas le premier roman écrit par Anne McCaffrey, mais constitue le point de départ de l'histoire de Pern. La série repose donc sur une base de science-fiction, avec des faits expliqués scientifiquement, mais baigne dans un univers fantasy, marqué par la présence des dragons, et la société de type féodal qui s'est progressivement construite sur Pern.

Les bases de cette société, que l'on comprend surtout à partir des romans suivants de l'intégrale, sont fondées sur des Forts, dirigés par des Seigneurs, des Ateliers indépendants consacrés à l'Art et l'Artisanat et dirigés par un maître de guilde, et des Weyrs, endroits souvent aménagés dans des cratères de volcans éteints, et où vivent les chevaliers-dragons et leurs dragons, s'entraînant en prévision de la lutte contre les Fils. Le ravitaillement des Weyrs est assuré par la dîme que paient les Seigneurs en échange de la protection contre les Fils. Un Weyr est dirigé par un couple, le chef et la dame du Weyr, désignés non par leurs pairs mais par les dragons : la dame du Weyr est en effet la compagne de la reine dragon dorée dominante, et le chef est le compagnon du mâle bronze qui couvre la reine. Chaque dragon est en effet lié à vie, lors de son éclosion, à un ou une chevalier, lors de la cérémonie de l'empreinte, au cours de laquelle ce sont les dragons qui choisissent leurs élus. Une fois le lien noué, le bébé dragon révèle son nom, qui termine toujours par "th", à son alter ego humain, et le duo peut alors communiquer par télépathie.
Les dragons ont également une autre capacité précieuse : il peuvent se déplacer, avec leur chevalier, sur tout Pern, en un seul instant, en passant par l'Interstice, un lieu vide, noir et très froid, qui est le lieu obligé de passage lors des téléportations. Cette capacité est très utile lors de la lutte contre les fils, évitant souvent au dragon et à son chevalier d'être atteints par les organismes tueurs. L'Interstice est aussi synonyme de mort : quand un chevalier-dragon meurt, son dragon, ne supportant pas la perte, va dans l'Interstice et n'en ressort plus.
Les Fils s'abattent sur Pern tous les 250 ans, et leurs chutes durent une cinquantaine d'années. Il importe donc, sur Pern, de garder traces des expériences afin d'aider les générations futures à combattre le fléau. Les périodes d'intervalles entre les chutes peuvent cependant aussi être des moments de tensions entre les Forts et les Weyrs, la dîme exigée semblant parfois de peu d'utilité...

Anne McCaffrey a donc créé un univers riche pour les amateurs de Science-Fantasy comme moi. La plupart des romans étaient cependant épuisés, et j'ai dû attendre cette édition en Intégrale pour enfin profiter pleinement de la série, que j'avais découverte en prêt il y a quelques années. Chaque tome de l'Intégrale comprend trois romans, et le cinquième tome devrait sortir dans quelques jours. J'en suis à la fin du premier tome, qui compte un peu plus de 1200 pages... encore de nombreuses heures de lecture en perspective donc Laughing

_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  PiPhie le Jeu 9 Aoû - 9:43

Pour moi, la lecture, ce sont des moments de détente, de rêve, un univers souvent coloré, l'imagination... cette photo résume très bien Smile


_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12168
Age : 49
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  Jean-Fi le Jeu 9 Aoû - 9:59

Note perso: surveiller l'état des livres quand PiPhie les a lus

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17028
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  schumi7F le Mer 22 Aoû - 11:22

lol! Moi ma lecture c'est l'incontournable et magnifique annuel de la formule 1: L'année Formule 1 des éditions chronosport et réalisé par Luc Domenjoz. J'ai toutes les éditions depuis 1994 à 2011 il me manque juste les éditions 1990/1991/1992/1993 (si des fois vous auriez des tuyauts pour les avoir je suis preneur lol) et en lecture du soir avant le dodo Auto hebdo lorsque sort les BD fiszman lol et surtout F1i magazine réalisé en belgique par un certain Pierre Van Vliet.
avatar
schumi7F
Accroc
Accroc

Nombre de messages : 2300
Age : 38
Date d'inscription : 26/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  Jean-Fi le Mer 22 Aoû - 13:09

Tu as déjà zieuté sur eBay ? On trouve tout sur la baille

Y'en a un paquet en vente Wink

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17028
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  schumi7F le Mer 22 Aoû - 14:07

j'y vais oui même sur "le bon coin" mais ce que je cherche vraiment pas facile. L'édition 1994 je l'ai trouvé via ebay justement et en + chez un belge Smile
avatar
schumi7F
Accroc
Accroc

Nombre de messages : 2300
Age : 38
Date d'inscription : 26/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livres, parlez-nous de vos lectures...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 12 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum