Opel Insignia Sport Tourer 2.0 CDTi 160 cv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Opel Insignia Sport Tourer 2.0 CDTi 160 cv

Message  Jean-Fi le Mar 10 Nov - 14:28

Voiture essayée:

Opel Insignia Sport Tourer Cosmo OPC Line 2.0 CDTi 160 cv
Prix catalogue avec les options installées: 35.000 €



Conditions de l'essai:

Véhicule de pré-série du concessionnaire Frezin La Louvière.
80 km parcourus le 10 octobre 2009, temps sec et frais, vent modéré.



Essayeur: Jean-Fi





Habitabilité et esthétique

Le nouveau cheval de bataille de la marque au blitz est sorti depuis quelques mois en concession et c'est une réussite. On rencontre quotidiennement des Insignia sur les routes, essentiellement des 5 portes et des breaks. Etant plutôt intéressé par la 4 portes, je n'ai malheureusement pas pu en disposer pour un essai, mais les différences sont minimes et se situent surtout au niveau du coffre et de la visibilité latérale et arrière.

La Sport Tourer, appelée ainsi au lieu de break, est longue et spacieuse. Elle mesure ainsi 4,91 en longueur et passe de peu les 1500 kilos sur la balance. Si la ligne générale est fine et élancée avec une magnifique proue qui démarque le modèle des affreuses Vectra de dernière génération, la poupe est lourde et encombrante, du moins dans la partie basse de la carrosserie. La ligne latérale du vitrage est assez fine et se termine de belle façon mais avec un certain classicisme fort proche de la Renault Laguna. D'un point de vue subjectif très personnel, je préfère de loin la version 4 ou 5 portes beaucoup plus racée. Dommage qu'il soit aussi difficile de les distinguer dans ces deux versions. La 4 portes affiche un couvercle de malle légèrement plus long et une lucarne plus droite.
L'avant est élégant et fin et le design des phares donne un regard sympathique sans être trop agressif. Je regrette juste la banalité affligeante de la calandre avec ses barreaux horizontaux. Une grille noire en nid d'abeille avec juste le blitz chromé au centre aurait été à mon sens plus esthétique. Sur le marché américain, l'Insignia est commercialisée par Buick sous le nom de Régal et affiche une calandre à barres verticales qui lui sied mieux.
Les feux de jour à Leds prennent la forme d'un angle droit, c'est original et souligne bien le "regard" de la voiture.
Globalement, c'est tout de même une des plus jolies voitures qu'Opel nous ait sortie depuis bien longtemps.



A l'intérieur, l'impression de qualité est omniprésente, la marque a fait un gros travail sur les matériaux et tout est visuellement beau et de bonne facture.
L'espace intérieur est excellent au niveau des jambes et des épaules avec une exception au niveau de la tête si vous conduisez siège fortement reculé. L'énorme montant B se trouve alors au niveau de la tempe et pénalise fortement la visibilité de trois-quart arrière gauche.
De même, la visibilité arrière est très réduite par les montants C et la petite taille de la lucarne. C'est un peu mieux dans la version 5 portes, mais reste un gros point noir du modèle.

Le poste conducteur est complet et agréable à l'oeil, les commandes sont bien réparties et judicieusement placées. L'accoudoir central est assez large entre les sièges, mais il est amoindri en avant pour laisser voir un porte-gobelet et ne servira ainsi qu'au conducteur, dommage pour le passager. J'aurais préféré disposer d'un plus grand plat pour tout l'avant-bras et que le passager puisse également en profiter.

Ensuite, la console centrale est un peu trop large à mon goût et envahit trop l'habitacle. La boîte à gants est de taille correcte, mais son accès par le conducteur est un peu difficile à cause de la largeur de la console.
Gros point négatif que j'ai noté immédiatement: la commande centrale multimédia placée devant le levier de vitesse. Sa position trop haute et la taille du bouton principal font que le conducteur portant un veston va systématiquement l'accrocher avec sa manche en passant les rapports de boîte impairs (1, 3 et 5ème). C'est quelque chose qui me gênerait énormément si je devais opter pour cette voiture lors du remplacement de ma voiture actuelle.

La console présente beaucoup de boutons de commandes, trop dirais-je vu l'existence de la commande centrale. Les boutons de verrouillage de l'airbag passager, anti-patinage, configuration, tonalité... pourraient disparaître vu que leur usage n'est pas courant.



A l'arrière, la place disponible est généreuse et les jambes des grands gabarits trouveront leurs aises sans soucis. Les espaces de rangement ne sont pas très nombreux ni généreux, juste dans la moyenne. L'assise des sièges est bien dessinée et un peu creusée pour les places principales.
La banquette arrière est de type rabattable en 60/40 et permet de libérer un grand espace de chargement et un plancher plat. La place centrale dissimule un accoudoir qui abrite lui-même un coffret de rangement et deux portes-gobelet. Comme toujours maintenant, le confort inexistant de cette place centrale font réellement de cette voiture une vraie 4 places et non pas une 5 places. Vu le type de voiture, j'aurais opté comme Audi avec l'A5 pour une vraie 4 places avec sièges individuels.



La capacité du coffre en configuration 5 places est déjà de 540 litres. L'énormité du couvercle de malle ne facilite pas franchement l'accès et il faudra veiller à bien le lever à fond sous peine de le prendre dans la tronche. Détail pratique sur cette version Tourer: des feux supplémentaires sont dissimulés par le couvercle et s'allument à l'ouverture, permettant la signalisation de la voiture aux autres usagers. Excellente idée, mais Dieu que ces feux internes sont moches. Enfin, il faudra veiller à la hauteur de votre garage avant de laisser le hayon s'ouvrir à fond sinon, gare aux éraflures.
En option, il est possible d'ajouter des rails latéraux qui permettront de fixer divers accessoires de rangement, sangles ou crochets.



La dernière photo présente le coffre de la version 5 portes


Performances et agrément moteur

Le moteur qui équipait la voiture essayée est le 2 litres CDTi Ecotec de 160 cv qui est disponible également en 110, 130 et bientôt 190 cv. Les 4 versions répondent à la norme Euro 5 et émettent de 154 gr de CO² pour la version 110 cv et boîte manuelle 6 rapports à 203 gr pour la version 190 cv et transmission automatique 6 rapports. BMW et Mercedes font nettement mieux pour ces moteurs. La version la plus puissante dispose de 2 turbos.

Au démarrage, le bloc diesel est très bien insonorisé et se révèle assez discret, même au niveau des vibrations. Les accélérations sont franches sans pour autant être vigoureuses, du moins en ressenti car le tachymètre grimpe très rapidement. Les passages de rapports sont fermes sans exagération, mais j'ai tout de même constaté un peu d'accroche au niveau du troisième rapport. Vu que la voiture sortait de pré-série, on peut penser que tout n'était pas encore parfait.

Le couple de 350 Nm est correct mais ne se révèle qu'au-dessus des 2.000 tpm. En-dessous, c'est un peu creux sans pour autant donner dans la mollesse. Les montées en régime sont franches sans brutalité excessive et l'Insignia se révèle très agréable en conduite active, on prend beaucoup de plaisir à monter dans les tours à chaque passage de vitesses, mais gare à la consommation.

Ce 2 litres est une belle réussite qui marie bien le caractère plus mordant du bloc BMW et l'onctuosité plus civilisée du bloc HDi de PSA.

Comme toujours maintenant, le compartiment moteur est très encombré et le travail mécanique n'en sera guère facilité. Rien que le changement d'ampoules risque de se révéler très délicat.




Consommation

Opel annonce une consommation de 7,6 en cycle urbain, 4,8 sur autoroute et 5,8 en mixte. Avec un réservoir de 70 litres, vous devriez atteindre les 1.200 kilomètres d'autonomie.
Pour ma part, et sur quasi le même trajet qu'avec la BMW 520D, j'ai carrément atteint les 10,5 litres, soit 2 litres de plus que la Béhème. C'est beaucoup trop à mon goût, mais encore une fois, il faut tenir compte du fait que la voiture n'était utilisée que pour des essais.
Un de mes collègues dispose de la même en version 130 cv et se montre enchanté avec une consommation de 6,7 essentiellement en ville et une autonomie allant jusqu'à 1.400 kilomètres sur autoroute.


Confort - Equipement

Si on prend le niveau de finition Cosmo, les Opel sont des voitures très bien équipées. L'Insignia ne fait pas exception en offrant tous les équipements habituels des berlines de gamme supérieure: GPS, cruise control, installation audio de bon niveau, radar de recul, climatisation électronique par côté, feux de jour à LEDs...
Pour une fois, merci Opel, les commandes du Cruise Control sont sur le volant et non en dessous comme habituellement sur les allemandes et les françaises.
Le tableau de bord est relativement simple et comporte de très nombreux voyants de contrôle. L'ordinateur de bord dispose d'un écran en son centre et permet l'affichage des paramètres usuels.

On dispose également des sièges en cuir avec chauffage et ventilation (uniquement siège conducteur pour la ventilation) avec réglage électrique pour la hauteur, phares au xénon avec possibilité de prendre l'option adaptive. Dans ce cas, l'électronique va adapter le faisceau des phares suivant 9 schémas différents en fonction de la vitesse, du fonctionnement des essuie-glaces et de l'angle de braquage des roues.
Le véhicule essayé était également équipé du châssis FlexRide qui comporte trois modes: Sport, Tourer et Normal, accessibles via une simple commande sur la console ou via la commande multi-média. J'ai testé les trois modes sans ressentir de différences notables, mais les pneus montés étaient des 19 pouces, chose qui ne favorise pas vraiment le confort routier. Le mode Tourer est censé être le plus confortable et le Sport le plus dur.
Le frein de parking est électrique de série et la commande se trouve à côté de la commande centrale.
Le radar de parking peut être complété par l'Advanced Park Pilot qui effectue des mesures d'emplacement et fournit ensuite des instructions de parking au conducteur.
Petit gadget bien pratique chez Opel apparu depuis l'Astra qui vient d'être remplacée: une Led éclaire le pommeau du levier de vitesse, je trouve cela assez pratique pour la conduite de nuit.



Que ce soit sur routes lisses ou fortement dégradées, l'Insignia est très correctement amortie, avec une fermeté typiquement germanique mais pas aussi marquée que sur les BMW ou les Ford. Les sièges soutiennent très bien et l'insonorisation de bonne qualité en font une voiture agréable à conduire et très confortable. Toutes les irrégularités sont bien absorbées sans pour autant en faire une qualité marquante.
Dans les virages courts pris à grande vitesse, on sent que l'arrière manque un peu de stabilité, mais la tenue de route est maîtrisée rapidement par l'électronique. Il est probable que les versions berline 4 et 5 portes souffriront moins de ce défaut grâce à une meilleure répartition des masses et des porte-à-faux plus courts.

Du côté de l'audio, l'installation de série s'est révélée très correcte pour un utilisateur lambda. Votre serviteur, beaucoup plus difficile, aurait bien voulu tester le système haut de gamme fourni par Infinity, mais aucune voiture en showroom n'en disposait. Apparemment, la clientèle Opel n'est pas très orientée vers la hi-fi haut de gamme.
Si je devais opter pour cette voiture, je demanderais évidemment à tester ce système qui comporte 9 haut-parleurs pour une puissance de 7 X 45 Watts.

Le système GPS n'est pas très convivial à utiliser et nécessite trop de manipulations. Les cartes affichées sont pauvres et sommaires et le tout n'est pas très réactif.

Quelques photos supplémentaires:




Sécurité

L'Insignia est équipée de série de la batterie usuelle en matière de sécurité avec l'ABS, anti-patinage et anti-dérive, aide au démarrage en côte et 6 airbags avec possibilité d'ajouter les airbags latéraux à l'arrière.
En option, vous pouvez ajouter le détecteur de signalisation routière, dernier gadget à la mode dont l'Insignia est la première berline de série à le proposer. Le système vous signalera alors les franchissements involontaires de ligne, les dépassements de vitesse et les dépassements interdits, à titre informatif uniquement.
Pour ma part, je préfère mettre ce prix sur le système City Safety de Volvo qui arrête la voiture automatiquement dans certaines circonstances.
Ce genre d'équipement vaudrait en tout cas la peine de prendre des renseignements auprès des assurances pour bénéficier de ristournes.


Qualité

Cette Insignia est une vraie bonne surprise pour moi par sa qualité de finition. Les matériaux utilisés sont de très bonne facture, l'esthétique intérieure est chaleureuse et la panoplie d'équipements disponibles font de cette voiture une véritable concurrente aux Mercedes classe C, Audi A4 et BMW série 5 avec l'avantage d'un tarif beaucoup plus attractif. Opel signe ici une remplaçante très au-dessus de la piètre Vectra dont plus personne ne voulait. L'insonorisation, l'habitabilité et le confort routier sont de bon niveau et le tout fait de l'Insignia une voiture très intéressante dans sa catégorie.
Le seul gros défaut que j'ai remarqué venait du petit volet amovible qui complète le store de plage arrière. Très mal fichu et visiblement réalisé à la va-vite, ce machin ne tenait jamais en place. Encore un détail qui marque à mon avis un véhicule de pré-série, du moins je l'espère.

Les éléments de carrosserie sont assemblés de façon très précises et seuls quelques petits détails anodins marquent encore une petite possibilité d'amélioration.

Quelques photos des différents écrans du système multimédia:




Conclusion

J'ai essayé cette voiture dans un but d'évaluation pour remplacer ma S80. Sa ligne en version 4 ou 5 portes me plaît beaucoup et sa taille correspond à mes envies. Le choix de motorisation en diesel est vaste avec des puissances de 110 à 190 cv pour une cylindrée pas trop pénalisante en Belgique. L'équipement de base est correct et la finition Cosmo est très complète.
Dans la panoplie de voitures qui m'intéressent, elle occupe une bonne place grâce à son esthétique plaisante et son tarif "serré". Il me reste à tester la nouvelle Volvo S60 qui sort normalement en décembre, l'Audi A5 Sportback nettement plus onéreuse et la nouvelle BMW série 5 dont la sortie a été avancée à janvier 2010.
Les seuls bémols qui influenceront mon choix se situent au niveau de la visibilité arrière et latérale, sa consommation et cette commande multi-média très mal placée pour moi.
Au final, l'Insignia serait un achat "raison" par rapport à une A5 ou une S60.


Les Plus

- Esthétique
- Rapport prix/équipement
- Qualité de finition
- Volume de chargement

Les Moins

- Couvercle de coffre énorme et lourd
- Visibilité arrière et latérale
- Commande multimédia à revoir
- Consommation (à vérifier)

Quelques photos supplémentaires, les deux premières montrent la différence de visibilité vers l'arrière entre la Tourer et la Berline 5 portes et la suivante montre le profil de la 5 portes:


_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum