Volvo C70 D5 163 cv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Volvo C70 D5 163 cv

Message  Jean-Fi le Lun 11 Fév - 13:37

Voiture essayée:

Volvo C70 D5 163 cv Summum
Dimensions : Lg 458, lg 182 , 1.783 kgs sur la balance
Prix catalogue : 48.545 € en finition Summum avec radar de parking, GSM, GPS et audio Premium 12 HP 2 Subwoofers.





Conditions de l'essai:

Essai réalisé le 23 avril 2007
Essayeur: Jean-Fi
Temp 26° - Vent faible – Plein soleil
70 Kms parcourus sur autoroute, dans les campagnes et en ville
Véhicule d’essai du garage Volvo JPC Motors La Louvière

Les photos présentées ont été prises sur deux véhicules différents: une C70 de couleur Flint Grey metallic et intérieur tissu lors de la présentation officielle et le véhicule conduit de couleur Black stone intérieur cuir.


Habitabilité et esthétique

La Volvo C70 cabriolet de première génération n’a pas été une grosse réussite commerciale, du moins en Europe. Sa ligne élégante était un peu trop classique et la capote n’a plus vraiment la cote depuis la démocratisation des cabriolets à toit rigide.
La nouvelle C70 cabriolet a donc fait totalement peau neuve : nouvelle ligne cadrant bien avec le design actuel de la gamme, nouveaux moteurs et enfin un bloc diesel disponible : le 5 cylindres D5 déjà vu dans les S60, V70, S80 et XC90. Ce moteur est disponible en version 163 cv et 340 nm en Belgique et 180 cv avec 350 nm ailleurs. Vive la fiscalité belge.

Elégante, elle l’est assurément ; ligne très fluide que ce soit ouverte ou fermée, malle arrière plate bien alignée dans le dessin de la carrosserie, et 4 vraies places confortables pour des adultes de gabarit normal. En configuration coupé, la C70 est discrète et n’attire pas vraiment le regard, à l’instar des autres modèles de la marque. Découverte, les regards convergent immédiatement tant elle présente de raffinement et de pureté. Petit bémol sur la différence entre les porte à faux avant et arrière, mais cela lui confère un caractère distingué et sportif à la fois. Par rapport à sa devancière, elle perd 14 cm en longueur et 2 en hauteur.





Avec ses 4,58 m de long, la C70 est d’un gabarit certain et pourtant, l’habitabilité à l’arrière est juste suffisante pour 2 adultes de moins d’1m80. Curieusement, la place réservée est inférieure à celle disponible dans une 307CC.

A l’avant, rien à redire. En s’installant au volant, on entre dans une S60 ou 80, tout est à sa place, les sièges accueillants et confortables sont hérités des modèles précités, on est juste assis un peu plus bas, cabriolet oblige.
La console flottante est celle que l’on retrouve dans les C30 et S40/V50. Cette dernière se prolonge entre les sièges avant pour rejoindre l’assise arrière et offre ainsi un espace de rangement supplémentaire par rapport aux berlines.
Les espaces de rangements sont assez exigus mais nombreux. Les accoudoirs de portes abritent des coffrets avec couvercle, mais ceux-ci sont placés très en retrait et donc difficiles d’accès en roulant. Ceux-ci se verrouillent automatiquement avec les portières (en option). Deux espaces de rangement de 5 litres sont placés dans les panneaux arrières. L’accoudoir central arrière dissimule une trappe pour les objets longs.

Pénétrer aux places arrières lorsque le toit est en place demande un peu de souplesse et il faudra rester attentif à la partie inférieure de la ceinture de sécurité qui a tendance à mal coulisser sur l’axe du plancher. Comme tout bon cabriolet, la C70 reste un véhicule destiné à deux personnes en priorité, à éviter au quotidien pour 3 ou 4 personnes.

Le coffre présente un volume correct de 404 litres contre 200 voiture découverte. Compte tenu de son gabarit, ce n’est quand même pas la panacée. La séparation de coffre faisant office de sécurité est semi-rigide et très facile à placer, mais occupe plus de place que le store souple habituellement choisi chez la concurrence. Volvo a par ailleurs inauguré le système électrique permettant de soulever le toit rangé pour placer les bagages en dessous. Le bouton de commande se trouve sur le côté droit du seuil de coffre. Opel a copié le système pour son Astra TwinTop.



L’espace réservé aux jambes à l’avant est excellent et très correct à l’arrière. La largeur aux épaules est d’1,38 m à l’avant pour 1,20 m à l’arrière. La garde au toit est inférieure de 5 cm par rapport à l’avant avec des valeurs de 98 et 93 respectivement.



Le compartiment moteur est très encombré, c’est la tendance actuelle liée aux moteurs placés transversalement. Les points de contrôles normaux sont bien accessibles pour les vérifications régulières du conducteur consciencieux. Comme souvent maintenant, le bloc est encapuchonné par une coiffe en PVC qui permet une bonne insonorisation vers l’extérieur.

Le toit escamotable est divisé en trois segments, comme sur l’Opel Astra, avec à la clé une cinématique assez complexe et relativement lente. Il faudra 30 sec pour procéder à la manœuvre complète, véhicule arrêté, moteur tournant et pied sur la pédale de frein ou frein de parking serré. Observée de plus près, la mécanique est très complexe et présente même plusieurs cordelettes de nylon tressé chargées de maintenir le ciel de toit souple. Je suis un peu sceptique sur la longévité et la solidité de ce système. A surveiller. Grâce à la tri-segmentation du toit, le pare-brise n’est pas trop reculé et l’effet cabriolet ouvert sera plus présent que dans les Megane CC et 307 CC qui se contentent de deux segments.

Un bon point : le couvercle de malle ne se déporte pas au-delà de la voiture à l’ouverture du toit, comme sur les Mégane CC et 307CC, aucun souci à avoir en cas d’ouverture lors d’un stationnement en ville. Par contre, je trouve que le couvercle bouge beaucoup pendant la manœuvre. Méfiance également avec la hauteur totale atteinte lors de l’ouverture du toit, à éviter dans les parkings couverts et garages. Dernier point : en détoîtant, le couvercle de malle se scinde en deux, seule la partie horizontale se mettant en mouvement. Chez la concurrence, le couvercle entier est mobile, ce qui explique le déport vers l’arrière.

Téléchargez ici une vidéo de la manoeuvre d'ouverture (8,6 Mb)


Performances et agrément moteur.

Le moteur turbo diesel 5 cylindres de 2.400 cm³ délivre 163 cv avec un couple maxi de 340 Nm atteint à partir de 1.750 tpm.
Il est accouplé d’office à une boîte automatique Geartronic 5 rapports. La boîte manuelle 6 vitesses devrait faire son apparition fin 2007.
Ce moteur est un régal pour ce qui est du bruit un peu rauque typique du 5 pattes, il est coupleux à tous les régimes et normalement très sobre, quel que soit le style de conduite adopté.

Hélas, trois fois hélas, cette boîte automatique est une véritable limace. Lente, désespérément lente, le temps de passage de chaque rapport est anormalement long et cela ne s’améliore pas beaucoup en mode manuel. Pendant toute la durée de cet essai, j’ai eu l’impression de conduire un veau, impossible de tirer du moteur ce qu’il est normalement capable d’exprimer sous le capot d’une S60 ou S80 couplé à une boîte 5 manuelles. J’ai d’ailleurs demandé au vendeur si la voiture n’avait pas de problème à ce niveau et devant sa réponse négative, je lui ai dit que l’achat de ce modèle me serait impossible sans une bonne boîte manuelle 6 vitesses. Il est probable que j’aurai l’occasion d’essayer cela en 2008.

En conduite relax et mode full auto, rien à redire, on est sur un nuage de velours, les rapports passent de façon très fluide et silencieusement, sans à coups, mais à des régimes moteurs un peu élevés. Le mode manuel est agréable pour ce qui est du maniement, mais je regrette que les commandes ne soient pas au volant, c’eut été plus fun et sympathique.

La C70 est également livrable avec 3 motorisations essence de 2,4 litres de 140 et 170 cv et un 2,5 litres de 220 cv (T5).


Toutes les informations reproduites dans cet essai (texte et photos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Jean-Fi sur TotalWhisky.forumsactifs.com et PassionAutomobile.info.


Dernière édition par Jean-Fi le Ven 14 Oct - 7:59, édité 5 fois

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17021
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Volvo C70 D5 163 cv

Message  Jean-Fi le Lun 11 Fév - 13:39

Consommation

Le constructeur annonce 7,3 l/100 de moyenne. J’ai effectué 70 Kms avec cette voiture en conduite active, avec à la clé une consommation de 11,4l/100. Cela me paraît excessif pour le mode de conduite employé. Le réservoir de 55 litres permettra une autonomie de 750 Kms en théorie, mais je pense qu’il faudra tabler sur une moyenne de 9 litres au minimum avec une autonomie maximum de 600 bornes. C’est faiblard pour une voiture affichant le confort d’une berline haut de gamme appelée à faire des kilomètres. Ceci étant dit, il s’agissait d’une voiture d’essai utilisée au quotidien par les vendeurs du garage et prêtées à des clients plusieurs fois par semaine. La boîte automatique pénalise en général d’un bon litre. Avec ma S80 équipée d’un moteur équivalent et en boîte 5 manuelles, je descends sous les 7 litres en adoptant le même style de conduite et malgré 200 kgs de poids supplémentaire. Pourquoi ne pas avoir doté cette voiture d’un réservoir de 70 ou 80 litres ?


Confort et agrément de conduite

Les sièges avant sont très bien dessinés et offrent un excellent soutien lombaire et latéral, l’assise est excellente, aucune différence par rapport à ma S80. Les sièges en cuir sont bien évidemment chauffants et disposent de réglages électriques dans tous les sens et de 3 mémoires. Sur le bord du dossier se trouve la manette de basculement du dossier et un bouton électrique pour l’avancée. En cas de forte pluie, la douche est assurée vu le temps nécessaire au mouvement.



Les commandes sont en général bien placées et très fonctionnelles, comme d’habitude chez Volvo où tout est fait pour éviter la distraction au chauffeur. La console centrale reprend la radio CD, le GSM et les commodos de la climatisation automatique, de série sur toutes les versions. Elle est identique en tout point à celle équipant les C30 et S40/V50. Via le bouton menu, on accèdera également à divers paramètres électroniques dont ceux du DSTC (contrôle de traction). Le filtre à pollen est également monté de série.



De série, la C70 dispose d’un système audio avec 6 haut-parleurs et commandes au volant. En option, vous pourrez opter pour la version High Performance 8 haut-parleurs compatible MP3 ou Premium Sound 12 haut-parleurs Dynaudio et Dolby Prologic II et même encore ajouter deux caissons de basse de 8 pouces et 130W chacun. Une pure merveille d’acoustique dans cette configuration.

Les phares sont réglables en hauteur et la commande est placée au bas du tableau de bord côté gauche du conducteur. Le sélecteur d’allumage des phares est à commande rotative placée à gauche du chauffeur au tableau de bord et par défaut, les feux de croisement sont toujours allumés, encore une fois typique chez Volvo.

En route, le silence est impressionnant, peu de roulis et la tenue de cap est imperturbable, quelle que soit la vitesse atteinte. Le sentiment de sécurité est omniprésent, on est bien dans une Volvo, aucun doute. Le toucher de frein est excellent, ABS et DSTC ne sont pas intrusifs, mais je n’ai pas vraiment pu aller aux limites des performances de la voiture, maudite soit cette boîte automatique.
La rigidité du châssis est impressionnante pour un cabriolet, et certainement par rapport à l’ancienne version que j’ai eu l’occasion de tester il y a quelques années. Les irrégularités de la route sont impeccablement absorbées, peu de bruits de vent, rien ne vient perturber le plaisir de la conduite cheveux au vent. Les roues arrière sont légèrement directrices dans le même sens que les roues avant.

Au-delà de 130 km/h, le coupe-vent est indispensable pour protéger la nuque des courants d’air et empêcher l’air de s’engouffrer entre les sièges vers les pieds. Détail curieux : le plan horizontal du coupe-vent peut être ouvert de chaque côté par des zip. On peut imaginer que cela devrait permettre d’emmener des passagers en conservant le coupe-vent en place, mais je n’ose imaginer les contorsions pour s’installer à l’arrière. Petit détail d’importance : le coupe-vent vous sera facturé 950 € et est couplé au radar de parking avant !


Sécurité

C’est une Volvo, donc les 6 airbags sont de série, l’ABS et EBD, l’anti-dérapage DSTC, ceintures avec prétensionneurs, capteur d’angle mort, système IDIS de gestion des informations…tout y est. Ce n’est pas pour rien que les Volvo sont parmi les voitures les plus sûres au monde. L’airbag frontal avant droit est verrouillable avec la clé de contact mais l’option est facturée 60 € en sus. Mesquin.
Une première mondiale pour un cabriolet ; la C70 est équipée des airbags rideaux. Habituellement, ceux-ci sont placés dans le bord du toit, chose impossible avec un cabriolet. Volvo a donc réussi à intégrer ceux-ci dans les portières.
Les quatres ceintures sont équipées d'une alarme de non bouclage.

D’origine, la C70 est équipée d’un verrouillage central et d’une alarme avec détection volumétrique et est fournie avec deux télécommandes. Dès la mise en mouvement, les portières se verrouillent automatiquement, mais ne se déverrouillent même pas de l’intérieur après coupure du contact. Il faut appuyer sur le bouton de portière pour pouvoir ouvrir. Selon la documentation Volvo, la sécurité est paramétrable via le menu de la console, mais sans le manuel de bord, je n’ai pas pu vérifier si le déverrouillage automatique était possible.

En cas de retournement ou de choc important par l’arrière, la C70 est équipée de deux arceaux qui se déploient automatiquement et permettent de supporter le poids total de la voiture avec l’aide des montants de pare-brise spécialement renforcés.

Les rétroviseurs extérieurs disposent de rappel d’indicateurs de direction et de l’éclairage follow Me qui éclaire le sol quand vous approchez de la voiture ou quand vous vous en éloignez. Le système active également les feux de croisement. Les essuie-vitres sont équipés d’un capteur de pluie.

En cas de déclenchement d’un airbag, Volvo est automatiquement prévenu par l’ordinateur de bord et la position du véhicule est détectée par satellite. Idem quand vous en signalez le vol. Enfin, il est possible de déclencher l’alarme à partir de la télécommande pour attirer l’attention d’autres personnes ou vérifier à distance l’état de veille du système et l’occupation du véhicule.

La visibilité de trois quart arrière est assez mauvaise à cause des larges montants arrière, mais est compensée en partie par la visibilité latérale. De même, la visibilité vers l’arrière est très limitée par la petite taille de la vitre. Le radar de parking se révèlera très pratique en permettant l’approche d’un obstacle jusqu’à 25 cm. Dommage que ce dernier ne fournisse pas d’indication visuelle comme chez Peugeot.


Qualité

La qualité générale de la carrosserie et la finition intérieure est excellente. Tout est très bien ajusté, présente un aspect robuste de bonne facture, les revêtements divers sont solides et bien finis. Tout respire la qualité et la solidité façon suédoise. Seul bémol repéré : le manque de rigidité du couvercle de malle pendant la manœuvre d’ouverture ou fermeture du toit.
Impossible de juger la fiabilité pour cet essai contact.




Conclusion

Avec la C70, Volvo se positionne de manière magistrale sur le marché du cabriolet à toit rigide. Les motorisations proposées sont au nombre de 4 avec des puissances de 140 à 220 cv. Sa qualité de finition est exemplaire et son équipement de série très complet, malgré quelques mesquineries proposées en option. Le sentiment de sécurité, le confort et l’habitabilité en font une voiture agréable à vivre pour 2 personnes et tout à fait utilisable pour 4 adultes. Le coffre n’est pas exceptionnel, juste suffisant dirais-je.

Dommage que Volvo impose la boîte automatique sur la version diesel car elle n’offre pas un agrément suffisant pour une conduite active. La boîte manuelle 6 rapports devrait être disponible fin 2007.

Son prix la positionne en concurrence directe avec l’Audi A4 Cabrio V6 2.7 TDi et la Saab 9.3 1.9 TiD 175 cv et très nettement en dessous de la nouvelle BMW 330D Cabrio et de la Mercedes CLK Cabrio 320 CDi. Mais seules les Mercedes et BMW proposent le toit rigide. Sa ligne élégante et classique en configuration coupé et plus recherchée en version cabriolet lui assure un succès retentissant actuellement. La C70 est d’ailleurs en tête des ventes européennes devant la Saab 9.3 et la Ford Focus, dans la catégorie cabriolet s’entend. Remarque significative, la 9.3 est le seul cabriolet avec capote souple présent dans le top 10.

Les Plus :

- Ligne extérieure
- Confort
- Sécurité active et passive

Les Moins :

- Boîte de vitesse automatique
- Mécanique de toit à l’apparence fragile
- Accessibilité arrière en mode coupé

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17021
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum