BMW 320D Cabriolet 163 cv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

BMW 320D Cabriolet 163 cv

Message  Jean-Fi le Ven 9 Sep - 9:06

Voiture essayée:

BMW 320D cabriolet, 2 litres diesel 163 cv
Prix catalogue avec les options installées: 55.000 € environ.
Taxe de mise en circulation: 1.239 €
Taxe annuelle: 373 €




Conditions de l'essai:

Véhicule prêté par le concessionnaire
Essai réalisé le 26 mars 2011, temps ensoleillé, routes sèches. Température 17°, vent faible.


Essayeur: Jean-Fi


Habitabilité et esthétique

Avec ses 4,61 m de long, la série 3 cabrio est relativement imposante, son gabarit la met en concurrence directe avec la Volvo C70 mais avec 5 cm de moins en largeur. L'empattement est par contre plus long de 12 cms. Par rapport à la C70, elle affiche une ligne plus effilée et moins sportive avec un porte-à-faux plus long à l'avant.

Vue de l'avant, cette série 3 est assez massive avec un capot volumineux et un bouclier présentant les naseaux typiques des BMW. Les phares effilés pointent vers le centre pour donner un regard agressif à la calandre.
De profil, la ligne est plate et très fine, très bien proportionnée. Le toit amovible en trois parties a permis à BMW de placer des vitres arrières de bonne taille et ne pas trop différencier la carrosserie de la version 4 portes.
La malle arrière est assez plate et ne présente pas l'embonpoint habituel des coupé-cabriolets français. Encore une similarité avec la C70.



A l'intérieur, le comparatif s'arrête là. L'espace intérieur est restreint, la largeur aux épaules est légèrement inférieure à celle de la Volvo et à l'arrière, c'est carrément 20 cm de perdus. Si on est correctement installés à l'avant avec un espace aux jambes suffisant, les places arrières sont pitoyables et il s'avère presqu'impossible à un adulte de s'installer confortablement.

Du côté du coffre, ce n'est guère plus brillant. En mode coupé, il est assez étroit et la hauteur utile est très limitée. En mode cabriolet, le volume global est monopolisé quasi à moitié par le mécanisme d'ouverture du toit. Sur papier, BMW annonce 350 litres de volume en mode coupé et 210 en mode cabriolet. En comparant avec la 307 CC (350/200) et la C70 (404/204), on ne peut que constater que les litres bavarois sont plus petits que les litres français et suédois. scratch

Heureusement, le peu de sens pratique du coffre est compensé par une banquette rabattable et la possibilité de sortir les pans de toit du coffre provisoirement pour y charger des objets plus longs comme des sacs de golf.
Cette mécanique plutôt originale a obligé les ingénieurs à rendre visibles des rails de guidage extérieurs et ce n'est pas très esthétique. Une trappe de 40 X 26 cm, en option, permet également le passage d'objets longs tout en étant protégés par un sac à longueur réglable. L'accoudoir central peut être rabattu indépendamment du dossier pour y placer des skis ou tout autre objet long et pas trop large.

Détail particulièrement pratique: le coupe-vent peut être facilement relevé à la verticale pour faciliter le chargement et déchargement de bagages sur la banquette. En option également, vous pourrez même acheter un set de valises adapté à la banquette une fois le dossier rabattu. Il vous en coûtera la bagatelle de 710 €. Suspect



Performances et agrément moteur

Sous le capot, on retrouve le 2 litres 4 cylindres développant 163 cv, version défiscalisée typiquement belge. Le couple atteint 380 Nm entre 1.900 et 2.750 tpm. En accélération, je l'ai trouvé particulièrement pataud, la vitesse de pointe de 228 annoncée s'est révélée impossible à atteindre sur le 6ème rapport. Le maximum réalisé a été un pénible 200 au compteur. J'aurais dû tester cela sur le 5ème rapport, mais cela aurait fait monter l'aiguille du compte-tours vers la zone rouge, chose que j'ai préféré éviter vu le peu de kilomètres de la voiture.

Le bloc 4 cylindres est très correctement insonorisé et aucune vibration ne vient trahir un diesel. Les émissions de CO2 sont contenues à 135 gr.




La boîte mécanique 6 rapports est désagréable à utiliser avec une troisième particulièrement difficile à engager et un levier flottant et peu précis. C'est tout à fait bizarre par rapport au même bloc testé sur la série 5. L'étagement des rapports est bon mais la 6ème sera vraiment une économique.

Le 0 à 100 est annoncé à 8,3 sec. A nouveau, je reste sceptique face à ces chiffres qu'il m'a été impossible de réaliser.

Les aides électroniques omniprésentes rendent la voiture trop aseptisée à mon goût et il s'avère impossible de profiter pleinement du caractère habituellement plus joueur d'une propulsion.

La tenue de route est efficace et les tenues de cap imperturbables. La voiture semble guidée sur des rails quelle que soit la vitesse atteinte. Le confort des suspensions est très correct pour une allemande, mais cela reste très ferme, trop à mon goût. Tant que le revêtement de la route est parfait, la 3 se révèle assez confortable, mais dès la moindre dégradation, les pneumatiques de 18 pouces en 255/35 ne filtrent plus rien du tout, le moindre gravillon est ressenti. Sur une route pavée, on est alors secoué dans tous les sens et quelques bruits et parasites envahissent l'habitacle. Sur toute en béton, chaque couture de plaque est très durement ressentie dans les lombaires.

Les virages serrés peuvent être attaqués à grande vitesse, aucune surprise ne vient mettre le conducteur mal à l'aise, il faudra cependant se méfier des limites de l'électronique une fois les marges dépassées.


Consommation

En conduite active, plutôt sportive, la consommation moyenne s'est établie à 8,2, ce qui reste raisonnable mais au-dessus de ce que je réalise avec ma C70 moins puissante. BMW annonce un minimum de 4,4 sur autoroute, 5,1 en conduite mixte et 6,3 en conduite urbaine. Vu le poids conséquents de ce cabriolet, j'ai un peu de mal à y croire sachant que je réalise un 6,5 en mixte avec la mienne.

Le réservoir de 61 litres devrait permettre aux conducteurs calmes une autonomie de plus de 1.000 kms sur autoroute, c'est suffisant pour un véhicule destiné aux promenades champêtres sous le soleil.


Confort - Equipement

Comme toute bonne bavaroise, l'équipement de série est limité au strict nécessaire et il faudra passer par la case options pour disposer d'une voiture complète. La facture s'envole alors de façon vertigineuse.

Ainsi, la climatisation automatique, la trappe de passage dans la banquette, les rétroviseurs rabattables, l'alarme, la connexion USB pour l'audio...viendront alourdir la note.

De série, l'autoradio CD dispose de 5 haut-parleurs et d'un amplificateur à 4 canaux. Le haut de gamme est fourni par Harman & Kardon. J'ai pu tester cette version dans une série 3 berline et le résultat est assez impressionnant de qualité, seules les basses m'ont semblé bien lourdes malgré les réglages effectués, mais ce sera évidemment une question de goût et cela devrait plaire à la jeune génération en casquette qui représente l'essentiel de la clientèle des petites BMW.

La voiture testée ici était équipée du modèle Professional plutôt moyen niveau sonorité et performances.




Sécurité

Les équipements sécuritaires modernes sont tous au rendez-vous, tout ce qu'il y a de plus normal vu la tarif de base de l'engin. Comme dit plus haut, et typique des véhicules premium allemands, l'électronique est omni-présente et gère automatiquement tous les paramètres. Vous pouvez en désactiver certains mais dès qu'une anomalie est détectée par le cerveau toujours en veille, tous les systèmes sont réactivés. Un petit patinage, un léger travers, un blocage de roue...et zou, vous redevenez passager, c'est exaspérant à mourir pour quelqu'un qui aime conduire de façon active et plus sportive.


Qualité

La voiture dont j'ai disposé était récente et affichait à peine 2.500 kms. Un examen attentif et inquisiteur ne m'a pas permis de détecter le moindre défaut d'assemblage, mais la qualité apparente des matériaux m'a semblé en-deça des standards allemands tant vantés. Les Audi testées précédemment m'ont laissé meilleure impression et mon véhicule personnel également.


Conclusion

J'ai eu l'occasion d'essayer cette série 3 cabriolet sur invitation expresse du concessionnaire BMW près de chez moi afin de le comparer à la C70. Le résultat de l'examen est implacable. La série 3 est moins habitable, moins confortable, moins pratique et se vend près de 15.000 € plus cher que la C70 équivalente, de dimensions quasi identiques. Sa motorisation semble lymphatique alors que les écrits la donnent plus performante que la C70. Le plus gros point noir est sans conteste sa boîte de vitesse imprécise et mal étagée.

Niveau esthétique, c'est un cabriolet plutôt classique, très élégant et pas du tout massif. Elle plaira aux afficionados des bavaroises, mais elle passe beaucoup plus inaperçue que sa rivale suédoise qui attire les regards dès qu'elle est découverte.


Les Plus

- Ergonomie générale
- Tenue de route sur le sec
- Insonorisation
- Personnalisation possible
- Toit et pare-vent innovants

Les Moins

- Coffre ridicule
- Boîte de vitesse imprécise
- Tarif exhorbitant
- Places arrières limitées
- Performances décevantes

Toutes les informations reproduites dans cet essai (texte et photos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par TotalWhisky, PassionAutomobile.info et leurs propriétaires respectifs.

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17027
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: BMW 320D Cabriolet 163 cv

Message  Jean-Fi le Lun 12 Sep - 18:12

Vidéo de la mécanique du toit:



On peut constater qu'ici, le toit se sépare en trois morceaux et reste en avant avant que le coffre ne s'ouvre pour ensuite se replier dedans.
Ainsi, la plage arrière ne change pas, contrairement à la C70 qui en planque une dans le couvercle de malle. La manœuvre est plus rapide sur la BMW mais le toit prend plus de place dans le coffre.
Enfin, des rails de guidage sont apparents sur le toit, ce qui n'est guère très joli.
On remarque au passage que le couvercle de malle se déporte en arrière d'un bon 20 cms, comme sur les 307CC, 308CC, Megane CC et Astra TT.

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17027
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum