Critiques de films, cinéma, DVD...2

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Jeu 11 Sep - 8:31

rtbf a écrit:L'acteur américain Richard Kiel, connu notamment pour son rôle de méchant affublé de dents d'acier dans deux James Bond, est mort mercredi à 74 ans, a annoncé une porte-parole de l'hôpital de Californie (ouest) où il s'est éteint.

Richard Kiel détonait par sa taille (2,18 m) et s'est fait un nom à Hollywood dans les années 1960 grâce à son rôle de Voltaire, l'acolyte du docteur Loveless, dans "Les mystères de l'Ouest".

Mais c'est son rôle de Requin, un méchant doté de dents d'acier dans les James Bond "L'espion qui m'aimait" (1977) et "Moonraker" (1979) qui lui a valu une renommée mondiale. Il est décédé au centre médical Saint-Agnes à Fresno, dans le centre de la Californie.

Il fut l'un des meilleurs méchants de la série des Bond No


_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  PiPhie le Mar 16 Sep - 9:05




_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12167
Age : 48
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Mar 16 Sep - 19:19


_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Ven 17 Oct - 9:53

Brick Mansions

Pour le scénario et résumé, je vous renvoie à Banlieue 13 (cliquez sur le titre) vu que Brick Mansions est la version US du film de Luc Besson.
De Paris, on passe à Détroit, Leïto devient Lino mais l'acteur est le même, Damien reste Damien, mais le rôle est repris par le regretté Paul Walker. La soeur de Leïto devient l'ex-copine de Lino.

Les deux films sont exactement du même niveau, les différences se situent d'une part dans les relations entre Lino et Damien qui sont moins amicales et cabotines et dans les scènes de cascades de voitures plus explosives.
La chorégraphie de rue de David Belle est quasi identique dans ses deux rôles tandis que Paul Walker incarne un combattant plus instinctif que Cyril Rafaelli, expert en arts martiaux.

Si j'avais su que le remake était en fait une copie adaptée aux USA, je ne l'aurais probablement pas achetée car j'ai vraiment eu l'impression de regarder les deux mêmes films. Mais je ne regrette finalement pas mon achat car je suis un grand fan éploré de Paul Walker, récemment décédé dans un accident de voiture. Je le préfère tout de même dans la saga des Fast and Furious.

Mon oeil averti d'expert en Ford Mustang m'a tout de même fait bondir: faire passer une Mustang GT pour une Mustang Cobra, fallait oser vu la différence de calandre et de bruit de moteur. Le Cobra ne se trouve pas sur la calandre côté conducteur alors que c'est bien un Mustang qui se trouve au centre et, comble de tout, c'est un logo GT350 qui orne le bas des ailes avant. Réellement, la Mustang présentée ici est une version 2006 de celle de Steve McQueen dans Bullitt.



Mais je veux bien en débarrasser la production

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  PiPhie le Sam 18 Oct - 11:11




_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12167
Age : 48
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Mer 12 Nov - 19:13

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18637591.html


_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Lun 17 Nov - 12:00

Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ?

Claude et Marie Verneuil sont un couple bourgeois et catholique parents de 4 filles. Leur première fille se marie avec Rachid, d'origine algérienne et musulman, la seconde avec David, juif, et la troisième avec Chao, chinois.
Claude, gaulliste pur et raciste forcené, transforme les réunions familiales en catastrophes, souvent épaulé par les rivalités religieuses et ethniques de ses 3 gendres.
Tous les espoirs du couple reposent sur Laure, leur quatrième fille, qu'ils espèrent voir un jour épouser un bon français catholique.
Mais lorsque Laure leur présente Charles, bon catholique et comédien, le soulagement se transforme très vite en cauchemard: Charles est noir et originaire d'Abidjan. Et pour ne rien arranger, le père de Charles, militaire en retraite, est un raciste forcené qui en veut à tous les blancs colonialistes qui pillent l'Afrique.

Cette fois, c'en est trop: les Verneuil sombrent dans la dépression et le prochain mariage est compromis...

Voici une comédie sympathique qui traite d'un sujet grave et de société mais sans tomber dans l'excès. Christian Clavier qui s'est vu confier le rôle de Claude Verneuil en fait juste assez pour camper le personnage bourré de préjugés mais sans tomber dans la caricature comme il en a trop souvent l'habitude.
Autour de lui, une seule tête vraiment connue mais qui joue un rôle de 3ème zone quasi sans dialogue (ouf, c'est déjà ça de pris): Elie Semoun. Marie Verneuil est jouée par Chantal Lauby, célèbre pour son appartenance à l'équipe des Nuls de Chabat et consorts. Elle faisait partie du casting d'Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre.

Les disputes familiales bourrées de tous les clichés ethniques sont présentes, mais avec légèreté et beaucoup de drôlerie.

Globalement, les acteurs et actrices choisis pour incarner les 4 jeunes couples sont très bons, surtout Noom Diawara qui joue Charles et Pascal Nzonzi qui fait son père. Frédéric Chau interprète Chao Ling avec élégance et distinction sans pourtant forcer dans l'asiatisme forcé. Aperçu dans un second rôle de Banlieue 13 Ultimatum, il est également au casting de Lucy, toujours de Luc Besson et qui sort bientôt en DVD.
Odile, celle qui a épousé David le juif est interprétée par Julia Piaton, fille de Charlotte de Turckheim. Emile Caen, la fille peintre et dépressive, accessoirement épouse de Chao, était au casting d'Intouchables.
Medi Sadoun et Ary Abittan interprètent quant à eux Rachid et David. Pas grand chose à dire sur leur filmographie qui m'est inconnue, j'ai juste relevé la ressemblance assez frappante d'Ary avec George Clooney, jugez vous-mêmes:


Ca ne m'arrive pas souvent de conseiller un film avec Clavier, mais en voici un qui vous fera passer une excellente soirée.


Dernière édition par Jean-Fi le Mar 18 Nov - 7:31, édité 2 fois

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  PiPhie le Lun 17 Nov - 18:51

Comme autre tête connue, il y a quand même Chantal Lauby... Rolling Eyes

_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12167
Age : 48
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Lun 17 Nov - 18:56

Connais pô

J'ai complété un peu le casting. Sleep

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Mar 18 Nov - 14:56

Le Transperceneige

Juillet 2014, les autorités planétaires lancent dans l'atmosphère de la Terre une batterie de missiles contenant un composé capable de stopper le réchauffement climatique et ramener la température globale à la normale.
Hélas, les calculs erronés amènent une catastrophe totale: une glaciation rapide de la planète tue toute vie sur Terre. Seuls quelques survivants ont pu embarquer à bord du train géant, le Transperceneige, conçu par Wilford, qui parcourt sans interruption la boucle ferroviaire de 435.000 kms en une année.

2031: le train roule toujours, mais à bord de cette arche de Noé roulante, la vie s'est organisée en castes: le wagon de tête est réservé à Wilford, les suivants à la haute société qui vit dans le luxe et le confort, les wagons techniques où l'on produit la nourriture et recycle l'eau et enfin, dans les wagons de queue, les parias entassés les uns sur les autres dans la crasse et la misère.
De temps en temps, les gardes armés viennent emmener quelques enfants que l'on ne revoit jamais revenir près de leurs parents.
Curtis, l'un de ces parias, a pour projet de s'emparer du train et procéder à une redistribution des rôles et des vivres. Avec l'aide de tous, il organise une ruée vers l'avant du train, mais pour ouvrir les portes blindées qui séparent chaque wagon, il faut obtenir l'aide du concepteur de la sécurité, Namgong Nimsu, devenu un junkie et retenu prisonnier dans le wagon juste devant celui des révoltés.

Film apocalyptique franco-américano-sud coréen, Snowpiercer tient son scénario d'une bande-dessinée française.
Si le sujet est assez original, le traitement se résume vite à une bataille rangée à huis-clos dans un train roulant à grande vitesse. L'ambiance est logiquement sombre et sale, mais c'est carrément glauque la plupart du temps.
Curtis est interprété, méconnaissable, par Chris Evans (la Torche Humaine dans les 4 Fantastiques, Captain America) qui donne du caractère au personnage. Le rôle est relativement bien développé et le réalisateur n'en a pas fait un héros sans peur et sans reproches. A ses côtés, John Hurt joue le "mentor" de Curtis, le vieux Guilliam. Le personnage est également correctement développé sans exagération par celui qui a été Monsieur Ollivander dans la saga Harry Potter. Pendant le film, je ne suis pas parvenu à le reconnaître. Ed Harris, bien reconnaissable par contre, interprète le dictateur Wilford avec une étonnante élégance bardée de cynisme, mais sans qu'on arrive vraiment à le prendre en grippe, tout comme on ne parvient pas non plus à aimer Curtis.

Au final, je suis resté sur ma faim. A part le face-à-face entre le révolté et le bourreau qui apporte d'étonnantes révélations, le film n'est guère intéressant ni surprenant. La fin est déductible très tôt mais n'est pas du tout développée, juste suggérée. Le reste, c'est de la castagne un peu crade et sans grand intérêt. Même les effets spéciaux sont médiocres au vu de ce que la technique actuelle permet.
Je ne conserverai pas ce film.

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  PiPhie le Mer 19 Nov - 20:09

C'est décidément à la mode l'adaptation live des Disney, mais pas forcément mauvais, comme en témoigne nos visions récentes de Maléfique ou La Belle et la Bête...
Voici maintenant Cendrillon...


_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12167
Age : 48
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  PiPhie le Mer 26 Nov - 10:04

 


_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12167
Age : 48
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Mer 26 Nov - 16:40

Faudrait qu'on ait ça chez les mousses limes

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Mar 20 Jan - 11:16

Lucy

Selon des études scientifiques, l'être humain n'utilise que 10% des capacités de son cerveau. Le professeur Norman pense que si l'on parvenait à augmenter ce pourcentage, on pourrait repousser les limites de la connaissance et des capacités physiques.
Lucy est une jeune femme qui se fait kidnapper par la mafia coréenne qui la transforme en mule en lui insérant dans le corps un paquet d'une nouvelle drogue synthétique pour pouvoir passer les douanes sans encombre.
Mais pendant qu'elle est emprisonnée, son gardien la passe à tabac et le précieux paquet est perforé par les coups reçus. La substance commence alors à se répandre dans son corps.
Assimilée par son cerveau, la drogue commence à à décupler ses capacités physiques. Grâce à cela, la jeune femme parvient à échapper à ses kidnappeurs et se lance à la poursuite des 3 autres mules dans l'espoir de récupérer tout le lot de drogue.
Au fil des heures, Lucy commence à maîtriser les ondes électromagnétiques, la matière, les ondes et même son propre corps.

Après avoir contacté le professeur Norman pour lui expliquer ce qui lui arrive, Lucy décide de récupérer la totalité de la drogue pour se l'injecter et atteindre ainsi les 100 % de sa capacité cérébrale.
Mais pour cela, il faut d'abord échapper aux tueurs lancés à ses trousses...

Le postulat de départ de ce film était alléchant, mais la réalisation aux mains de Luc Besson me faisait craindre un film d'action tonitruant sans développement suffisant de l'histoire.
Hélas, trois fois hélas, mes craintes furent amplement confirmées. Le film se résume à rapidement poser le postulat de départ et ensuite, les scènes de baston et le festival d'effets spéciaux sont lancés à cadence accélérée. Les personnages ne sont nullement développés et le tout est emballé, pesé, livré et jeté en pâture au spectateur en 1h30.
Scarlett Johansson incarne une Lucy complètement hallucinée de façon assez correcte mais sans apporter ni émotion ni profondeur.
Face à elle, Morgan Freeman interprète un professeur Norman qui est une copie quasi conforme de Lucius Fox dans la saga des Batman. Aucune surprise, bonne ou mauvaise.

Bref, grosse déception, rien à se mettre sous la dent. J'ai du mal à comprendre comment ce navet a pu faire un tel carton au box office: plus de 53 millions d'entrées devant Taken (48), Le 5ème Elément (36) et Intouchables (32). scratch

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Mer 21 Jan - 10:04

Le Majordome

Les années 20, les états-unis sont toujours esclavagistes, le sud beaucoup plus durement que le nord.
Cecil Gaines est un jeune noir qui travaille avec ses parents dans les champs de coton. Le jour où sa mère est une fois de plus violée par le propriétaire de la plantation, c'en est trop pour son père qui s'interpose. Devant son fils, il reçoit une balle en pleine tête.
Pour protéger Cecil de la colère de son fils, la mère de l'esclavagiste va le prendre sous son aile et en faire un nègre de maison. Patiemment, elle va lui apprendre à lire et écrire, à s'exprimer très poliment, se taire, rester discret... devenir un serviteur invisible et compétent.

A l'approche de la mort de la vieille dame, Cecil décide de s'enfuir pour ne pas risquer la vengeance de son fils. Ayant trouvé du travail dans un hôtel renommé de Washington DC, il est repéré par le chef du personnel de la Maison-Blanche et convoqué pour y travailler.

Au fil des années et des présidents qui se succèdent, Cecil deviendra l'un des piliers incontournables de la Maison-Blanche et il va assister en spectateur silencieux à la lente évolution des relations entre les blancs et les noirs tout en voyant ses deux fils s'engager à leur façon dans un combat pour leur condition: l'aîné suivra Martin Luther King tandis que le cadet s'engagera au Vietnam.
Cecil travaillera 34 années dans cette fonction et verra défiler 7 présidents: Eisenhower, Kennedy, Johnson, Nixon, Ford, Carter et Reagan.
Après sa retraite, il vivra encore suffisamment longtemps que pour assister à l'élection du premier président noir qui l'invitera dans le bureau ovale pour lui rendre hommage.

Inspiré de la véritable histoire d'Eugène Allen qui a réellement servi 8 présidents (Truman juste avant Eisenhower), ce film aborde la condition noire sous trois points de vue différents:
celui de Cecil qui s'efforce de devenir un bon "nègre" silencieux sorti de la boue et du fouet, son fils milite avec Martin Luther King puis Malcom X jusqu'à séjourner en prison à plusieurs reprises tandis que le dernier ira au Vietnam pour montrer qu'il est patriote avant d'être noir.

L'idée de ce film vient de la période qui précède l'élection de Barack Obama. Le Washington Post cherchait un personnage de couleur qui aurait hanté la Maison-Blanche et a trouvé le jackpot en Eugène Allen. A 90 ans, l'homme a servi 34 ans et 8 présidents, il affiche des états de services impeccables et gagné le respect de ses patrons.
Inspiré par l'article du journal, le cinéma va acheter les droits et c'est Lee Daniels qui va en faire l'histoire du Majordome en y ajoutant le conflit de générations père-fils des Gaines et la rencontre finale avec Obama.

Tout le gratin du cinéma noir américain va se battre pour être au casting et c'est l'inébranlable Forest Whitaker qui incarnera un Cecil Gaines touchant de calme, de raison et de tendresse. Oprah Winfrey obtiendra le rôle de son épouse qu'elle incarnera avec brio.
Autour de ce duo, on retrouve Cuba Gooding Jr et Lenny Kravitz dans les rôles noirs principaux. Du côté des présidents, on aura droit à Robin Williams pour Eisenhower, James Marsden en Kennedy (Cyclope dans les X-Men), Liev Schreiber en Johnson (Salt face à Angelina Jolie), John Cusack en Nixon (Con Air et La ligne rouge) et un méconnaissable Alan Rickman en Reagan (Severus Rogue dans les Harry Potter).
Vanessa Redgrave interprète la vieille esclavagiste qui va protéger et former Cecil tandis que Mariah Carey se chargera du rôle très court de la mère de Cecil. Enfin, Jane Fonda se charge d'interpréter Nancy Reagan.

Au final, ce long-métrage, assez long d'ailleurs, est un film touchant et poignant sur l'évolution de la condition des noirs aux USA. Il montre de fort belle façon toute l'évolution des mentalités et le combat qu'ils ont dû mener pour être reconnus comme égaux des blancs. On suit également l'histoire américaine avec la crise de Cuba, l'assassinat de Kennedy, on s'horrifie parfois des discours entre blancs et du vocabulaire destiné aux "nègres", des calculs politiques et électoraux...
C'est un bon film à voir au moins une fois.

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Sam 24 Jan - 19:19

Need for speed

Tobey Marshall est un obscur petit garagiste dont la spécialité est le tuning de super voitures.
Lorsque son vieil ennemi intime vient lui proposer de finir le développement du Saint-Graal, il ne peut pas refuser.

Le Saint-Graal, c'est la dernière version de la Ford Mustang sur laquelle Caroll Shelby travaillait avant de décéder. Tout le monde pensait que le projet avait été abandonné, mais la voici qui réapparaît entre les mains de Dino Brewster.
Les deux sont de vieilles connaissances, pilotes tous deux, mais si Tobey est un pilote surdoué et soucieux de l'amitié et de la parole donnée, il n'en est pas de même de Dino.

Lorsque la Mustang est enfin prête à la vente, Tobey la teste sur circuit et atteint les 376 km/h, ce qui convainc l'acheteur de verser 2,7 millions de dollars pour posséder le monstre.
Dino, furieux de voir que c'est Tobey qui l'a conduite en premier lui lance un défi: une course clandestine avec 3 voitures identiques. Si Tobey gagne, il empoche 75% de la vente de la Shelby. Si Dino gagne, Tobey perd ses 25% de commission prévue. Le troisième pilote sera le jeune Pete qui travaille avec Tobey.

La course se fera au volant de 3 monstres sur route ouverte: des Koenigsegg Agera R. Plus de 1.000 cv et 420 km/h, le 0-300-0 est réalisé en 21 secondes.

La course est rapidement menée par Tobey et Dino est relégué dernier, coincé par Pete. De rage, celui-ci vient percuter la roue arrière gauche de Pete qui s'envole et retombe en contrebas d'un pont. Le jeune homme est tué dans le crash et Tobey, qui a fait demi-tour pour le secourir est arrêté et emprisonné.

Dino a fourni un alibi et officiellement, seules 2 Koenigsegg ont été déclarées volées.


Deux ans plus tard, Tobey sort de prison et n'a qu'une seule idée en tête: se venger et prouver son innocence. Pour ce faire, il doit participer à la plus célèbre des courses clandestines sur routes ouvertes et à laquelle participe Dino: la De Leon. Celui qui gagne la course rentre chez lui avec toutes les voitures concurrentes, les autres rentrent à pied.

Pour concurrencer Dino et pouvoir se faire accepter par le mystérieux Monarque qui organise la course, Tobey se fait prêter la Shelby GT500 qu'il a lui-même terminée, et accompagné de Julia pour surveiller la voiture, il se met en route vers la Californie où se déroulera la course dans 45 heures.
Mais avec la police, le FBI et les tueurs que Dino lui a collé aux trousses, la traversée des USA sera plus qu'une simple promenade...

Need for speed est un film strictement réservé aux amateurs d'adrénaline automobile, conformément à son prédécesseur en jeu vidéo, bien connu des gamers. Si vous êtes révulsé parle bruit des moteurs ultra-puissants, restez-en là, vous n'allez pas aimer.

Le film a été essentiellement basé sur la présence à l'écran de la plus mythique des Muscle cars américaines: la Mustang Shelby GT500.
Si vous êtes comme moi amoureux fou de cette furie mécanique, vous ne pouvez pas manquer le film. En plus, le casting automobile est complété par la Mclaren P1, la Koenigsegg Agera R qui détient maintenant le record du monde du 0 à 300, devant la Bugatti Veyron également présente. On verra aussi une Lamborghini Elemento, une Saleen S7, une Ford Torino de 1969, une Pontiac GT0 de 1966, Une Chevrolet Camaro 1968, une SLR Mclaren et bien évidemment une toute nouvelle Mustang GT de 2015 (le film est sorti en salle en mars 2014).

Tobey Marshall est interprété par Aaron Paul, acteur principal de Breaking bad que je ne connais absolument pas. J'ai été surpris de le retrouver au casting de Mission: Impossible 3. Il est assez correct dans ce rôle mais sans plus.
Face à lui, Dominic Cooper interprète une belle petite ordure et à nouveau, acteur inconnu pour moi. Il a joué le père de Tony Stark dans le premier opus de Captain America, un rôle de 18ème zone quoi. Il fournit une prestation de bonne aloi, on a tout de suite envie de lui coller la main dans la gueule.
Julia est interprétée par Imogen Poots (V pour Vendetta, Jane Eyre). Pas grand' chose à dire sur ce rôle qui est plus là pour faire tapisserie qu'autre chose.

Michaël Keaton signe un petit retour au cinéma en incarnant le mystérieux Monarque qui contrôle toute la course depuis le haut de son phare. Petit rôle anecdotique, on sent le plaisir de figurer dans un film de bagnole, mais ce n'est pas une prestation qui lui vaudra un oscar.

Soyons clair: j'ai adoré ce film, mais exclusivement pour les voitures et plus précisément pour la Shelby. Même l'Agera R n'a aucun intérêt à mes yeux.
Sur ce point, aucune déception, c'est dantesque, le home-cinéma a craché tout ce qu'il avait dans les transistors et les woofers et subwoofer ont vomi leurs tripes.
Après Bullitt, 60 secondes chrono, voici le chaînon manquant dans l'histoire cinématographique de la Ford Mustang Fastback.

La pauvre PiPhie se demande de plus en plus ce qui lui a pris de m'autoriser à m'en dénicher une pour mes 50 ans. Il ne lui reste que 2 ans avant d'entendre ce genre de rugissement dans le jardin au lieu du salon  

Et deux ans, ça va encore être long, très long pour moi   
Je me ferai une thérapie de groupe avec les trois films cités ci-dessus

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  PiPhie le Sam 24 Jan - 19:46


_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12167
Age : 48
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Ven 30 Jan - 11:30

Sabotage

John "Breacher" Wharton est un agent de la DEA qui dirige un groupe de combattants d'élite et dont la spécialité est l'exfiltration des barons de la drogue sud-américains.

Lors de leur dernière mission, ils devaient éliminer tout un groupe et dérober 10 millions de dollars au cartel visé. Mais lors de l'extraction du groupe, l'argent a disparu.
Soupçonnés par les dirigeants de l'agence, le groupe est dissout et fait l'objet de surveillance continue pendant des mois.
Après une longue enquête qui n'a rien donné, John est réintégré et son groupe remis en service, mais rapidement, les cadavres s'amoncellent. Un par un, les hommes de John sont liquidés de façon abominable.
L'inspecteur Caroline Brentwood enquête sur ces assassinats mais elle a de sérieux doute sur l'innocence de John et son équipe, elle sent qu'on lui cache des informations.
Lorsqu'elle apprend que la femme et le fils de John ont été torturés et exécutés par un cartel de la drogue, elle réalise qu'elle enquête sur des gens qui ne reculeront devant rien pour se couvrir...

Le retour de Schwarzzie au cinéma se poursuit avec un nouveau film d'action pure et dure comme j'aime. Cette fois, pas d'humour, c'est du sérieux, du tonitruant et du sanglant.
Arnold assume complètement son âge, mais on voit par rapport au Dernier Rempart qu'il a repris les entraînements physiques et à 67 ans, il a de beaux restes.
Il campe ici le chef de commando d'une façon très convaincante avec tous les aspects noirs et retors du personnage.
A ses côtés, on trouve essentiellement des brutes épaisses plutôt caricaturales qui conviennent au film, aucun n'est vraiment développé et le film n'en avait pas besoin.
Sam Worthington (Avatar) incarne l'une de ces brutes de façon pour le moins étonnante et détonnante. Josh Holloway interprète une autre de ces brutes. Le nom me disait quelque chose mais sa filmographie ne m'a révélé qu'un petit rôle dans Mission: Impossible protocole fantôme.
Même chose pour Olivia Williams qui joue l'inspecteur Brentwood: elle était au casting du Septième fils et de X-Men, l'affrontement final.
Son rôle est également assez sombre et à multiples facettes.

Au final, j'ai passé un bon moment, mais ce n'est pas celui que je retiendrai dans la filmographie d'Arnold. J'ai préféré Evasion et le Dernier rempart.
J'attends de voir Expendable 3.

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Ven 6 Fév - 9:53

John Wick

Quelques jours après les funérailles de sa femme, décédée d'un cancer, John Wick reçoit un cadeau posthume de celle qu'il vient de perdre: une petite chienne nommée Daisy. Dans la lettre qui l'accompagne, sa femme lui qu'il devra apprendre à aimer quelqu'un d'autre et que la petite Daisy sera déjà un bon début.
Entre sa Mustang Fastback 69 et Daisy, John entame son deuil et rapidement, il se prend d'amitié pour cette petite boule de poils.

Un soir, Daisy aboie en pleine nuit et se précipite au rez-de-chaussée de la maison. Descendu voir ce qui se passe, John tombe nez à nez avec trois types cagoulés qui exigent les clés de sa Mustang. Roué de coups, il voit le chef du groupe tuer Daisy à coups de barre de fer et il est laissé là dans une mare de sang.
Très contents de sa nouvelle acquisition, le chef des voleurs Iosef Tarasov, qui n'est autre que le fils du patron de la Mafia russe Viggo Tarasov, se présente dans un des garages clandestins que son père détient pour faire  maquiller la voiture. C'est avec surprise qu'il se fait virer à coup de lattes par le patron.
Parti pleurer chez Papa, le fiston apprend qu'il n'a pas volé la voiture et tué le chien d'un simple quidam, il s'est attaqué à John Wick

John Wick, c'était encore il y a 5 ans le tueur des tueurs de la mafia. Il était celui à qui on faisait appel quand l'homme à abattre était intouchable ou impossible à atteindre. Marié, John s'était rangé et tous les truands de la ville saient qu'il ne fallait plus rien craindre de lui, à condition de le laisser tranquille.

Et maintenant, John n'a plus rien, juste sa colère et ses anciennes armes qu'il a ressorties de la cave. Seul, ivre de vengeance, John se lance à la recherche du fils de Tarasov.
Ne pouvant décemment pas laisser Wick abattre son fils, le russe lance tous ses tueurs à sa poursuite. Mais John Wick est peut-être resté 5 ans à la retraite, il n'en demeure pas moins toujours aussi efficace et impitoyable. Rapidement, les troupes de Tarasov sont décimées. Avec une prime de 2 millions de dollars sur la tête, les candidats se pressent pourtant au portillon, mais la légende est toujours à la poursuite de sa cible...

Film d'action pur et brutal, John Wick part d'un scénario très simple pour se résumer rapidement à une course-poursuite sanglante. Ne cherchez pas ici un film intello aux personnages travaillés, vous en serez pour vos frais.
Keanu Reeves interprète un homme qui était devenu un paisible retraité puis endeuillé de celle qu'il aimait. Lui voler tout ce qui lui restait l'amène au paroxysme de la colère, mais en vrai professionnel, la colère est froide, calculée et efficace. Celui qui a fait de Matrix la saga qu'elle est devenue revient ici dans un film d'action nerveux, sec et mené tambour battant. Les scènes de combat sont rapides et sanglantes, sans esbrouffe.
A ses côtés, on retrouve deux têtes connues dans des petits rôles: Ian McShane (Les piliers de la Terre, Barbe-Noire dans Pirates des Caraïbes 4, Death Race...) et Willem Dafoe (Spider-Man, John Carter, XXX2...).
Viggo Tarasov est incarné par Michaël Nyqvist déjà aperçu dans Mission: Impossible Protocole fantôme et dans le rôle principal de la saga Millenium.
Son fils est également interprété par une sale tête que beaucoup reconnaîtront facilement, celui qui incarne l'infect Theon Greyjoy dans la saga Game of Thrones. Il s'agit d'Alfie Allen et je n'aurais pas été capable de donner son nom.
Il a tout à fait la gueule de l'emploi pour interpréter ici et à nouveau un personnage désagréable, imbuvable et incapable, le genre de type qu'on déteste dès qu'on l'aperçoit.

Bref, comme je l'ai diot plus haut, un bon film d'action tonitruant à réserver aux amateurs stricts du genre. J'ai adoré. Mon seul regret, on ne voit la Fastback 1969 que 2 petites minutes No


_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  PiPhie le Mer 25 Fév - 12:37

Un best-of de femmes fortes du cinéma Wink 


_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12167
Age : 48
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  PiPhie le Lun 30 Mar - 9:38

Trop fort  


Allociné a écrit:De "Nuits Blanches" à "Toy Story", l’acteur aux deux Oscars revient sur sa carrière dans le "Late Late Show" de James Corden !
C’est une filmographie exceptionnelle que l’acteur Tom Hanks, 58 ans, parcourt en quelques minutes avec le présentateur américain James Corden. Récompensé deux années de suite pour Philadelphia et Forrest Gump, il se prête au jeu avec amusement et autodérision.
Mais comment résumer des films comme That Thing You Do ou Il faut sauver le soldat Ryan en une dizaine de secondes ? Un fond bleu, des costumes sommaires, quelques phrases clés et le tour est joué ! Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas beaucoup de déchet dans la carrière de celui qui fut longtemps le comédien le mieux payé du monde.


_________________
Hello Invité


Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement. (Hubert Reeves)
avatar
PiPhie
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 12167
Age : 48
Localisation : Pi-World
Date d'inscription : 20/01/2008

http://www.lecrayondor.com/index.php?option=com_datsogallery&

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Jean-Fi le Sam 24 Oct - 21:40

L'actrice irlandaise Maureen O'hara est décédée à l'âge de 95 ans:

http://www.rtbf.be/info/medias/detail_deces-de-l-actrice-maureen-o-hara?id=9117673

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques de films, cinéma, DVD...2

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum