Lexus IS 220D 162 cv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lexus IS 220D 162 cv

Message  Jean-Fi le Mer 13 Fév - 9:52

Voiture essayée:

Lexus IS220D Executive
Motorisation : 2.2 Turbo diesel 162 cv
Dimensions : Lg 457, lg 180 , 1.585 kgs sur la balance
Prix catalogue : 38.640 € avec Pack multimédia et Navigation gratuit (3.930 € en catalogue).



Conditions de l'essai:

Véhicule prêté le 13 juin 2007 par le concessionnaire Lexus de Braine l’Alleud
Météo : ensoleillé et sec, 28°, vent faible
51 Kms parcourus sur tout type de route.

Essayeur: Jean-Fi


Habitabilité et esthétique

La Lexus IS présente une ligne de carrosserie assez massive, surtout pour la partie arrière. La malle est courte en contraste avec la longueur du capot moteur. Les boucliers sont grands, larges et montent haut sur la carrosserie.
La ligne générale du profil est montante avec une ceinture de portière qui monte haut sur l’arrière. A l’intérieur, cela donne aux passagers arrière une impression d’enfermement. No
Les montants arrière pénalisent fortement la visibilité du chauffeur. La malle est massive et donne un aspect un peu lourdaud à la voiture. Dans sa catégorie, la Lexus IS présente finalement une ligne assez classique qui la démarque peu d’une Mazda 6 ou d’une Honda Accord.



A l’intérieur, on entre dans un univers de luxe de bonne facture. Le conducteur dispose d’un tableau de bord et d’une console centrale ergonomiques et très complets ; les commandes sont judicieusement placées pour la plupart, exception faite des commandes de rétroviseurs électriques, placées trop en avant et trop bas sur la portière. De même, le levier de commande du régulateur de vitesse placé bas derrière le volant côté droit. Pas très pratique. Enfin, le lecteur CD et ses commandes principales est placé en bas de la console, derrière le levier de vitesse. A l’éjection, un CD passe à peine quelques millimètres au-dessus du levier.



Le grand écran du système multimédia permet d’accéder à tous les paramètres de la climatisation, de l’audio, du GPS et de l’ordinateur de bord. Son maniement demandera tout de même un sérieux apprentissage tant il est complet. Les commandes de base telles le réglage de température gauche et droit et les commandes usuelles de la chaîne Hi-Fi, Mark Levinson s’il vous plaît, se trouvent séparées et accessibles immédiatement. Le volant dispose des commandes audio à gauche et téléphone mains libres à droite, à condition de disposer d’un GSM blue tooth.



A l’avant, la place réservée aux jambes est excellente, la largeur aux épaules est bonne et les sièges sont très confortables.
A l’arrière, les jambes trouveront également leurs aises, sauf celles du passager médian, propulsion oblige. Les sièges latéraux sont eux aussi très confortables. La place centrale devra être réservée aux courtes distances et/ou aux enfants.




Les espaces de rangement sont peu nombreux et généralement de taille moyenne à faible. Les bacs de portières peuvent être élargis pour en faciliter l’accès. L’accoudoir central coulissant vers l’arrière dissimule un petit compartiment suffisant pour y glisser un GSM ou un i-Pod que vous pourrez brancher via la prise MP3/WMA. Un porte-gobelet et une prise 12V viennent compléter ce compartiment.
L’accoudoir central arrière dissimule la trappe à ski, un bac de rangement de bonne taille et deux porte-gobelets. Les passagers ne disposent d’aucun espace de rangement dans les portières et trouveront que la commande de vitre électrique est placée trop bas.



La boîte à gant est de taille ridicule, juste suffisante pour y ranger les documents de bord, le manuel d’utilisation et deux ou trois babioles.

Ouvrons le coffre et surprise ; l’ouverture dégagée est assez petite, pas question d’y entrer des objets encombrants. La capacité totale est assez faible à cause de l’encombrement des passages de roues, soit 378 litres. L’espace dégagé entre les deux roues est vraiment insuffisant. Pas de banquette 1/3 2/3, ni même de basculement en une pièce. Sous le tapis de sol, on trouve un petit bac permettant le rangement des outils, de l’extincteur et divers petits objets. En enlevant ce bac, on accède à la roue de secours. Nouvelle déception, on dispose d’une roue galette dont la jante est de couleur mastic. Berk, Lexus aurait au moins pu faire l’effort de la peindre en noir.




Performances et agrément moteur.

Le moteur turbo diesel 4 cylindres de 2.231 cm³ délivre 162 cv avec un couple maxi de 400 Nm atteint à partir de 2.000 tpm. Hors de la Belgique, ce moteur délivre 177 cv. La boîte manuelle 6 vitesses est correctement étagée avec une 6ème économique. Le levier de vitesse est un peu flou, mais son maniement reste assez fluide.
La course de l’embrayage n’offre pas beaucoup de résistance et nécessite un petit peu d’acclimatation pour ne pas brouter au démarrage.



Au ralenti, le bloc est silencieux et vibre peu. Le couple est quasi absent sous les 1.300 tours et commence à pointer le bout du nez vers les 1.700 tours pour vraiment débouler à 2.000. Les montées en régime sont alors excellentes et fluides. L’anti-patinage est très discret et il faut être attentif pour se rendre compte que la IS est une propulsion tant le châssis est neutre et le grip excellent sur le train arrière.
Les reprises sont vives et la voiture se révèle assez joueuse malgré un poids plutôt conséquent.
Le compte-tours est gradué jusqu’à 6.000 tours avec une zone rouge débutant à 5.000. Via l’ordinateur de bord, on peut paramétrer l’apparition d’un anneau orange en fonction du régime moteur. La voiture dont j’ai disposé était réglée sur 4.500 tpm pour cette alerte visuelle. De même, le tachymètre affichait le même cercle orange à partir de 125 km/h. Bonne idée du constructeur.




Consommation

Le constructeur annonce 6,3 l/100 de moyenne. Le réservoir de 65 litres permet donc une autonomie théorique supérieure à 1.000 kms. J’ai effectué 51 kms avec la voiture et consommé 8,2l de moyenne selon l’ordinateur. Cela semble raisonnable compte tenu du mode de conduite et du fait qu’il s’agissait d’un véhicule d’essai.


Confort et agrément de conduite

Le confort est à coup sûr le point fort de cette berline, les sièges en cuir sont presqu’aussi bons que ceux des Volvo S60 et 80 avec un peu plus de fermeté. Sur la version Executive testée ici, ceux-ci sont équipés du chauffage et du rafraîchissement de l’assise. Le réglage chaud ou froid se fait via deux molettes individuelles placées sur la console centrale en arrière du levier de vitesse.
4 adultes seront parfaitement installés dans une ambiance très cocooning, les sièges sont extrêmement confortables, le tableau de bord est visuellement attrayant et la sonorisation made in Mark Levinson est superbe de qualité. L’insonorisation de la voiture est bluffante et aucun grincement parasite ne vient perturber la quiétude à bord. Seul le manque d’espaces de rangement vient ternir ce tableau idyllique.




Equipement de série

Sur la version de base appelée Business, la liste des équipements commis d’office est impressionnante avec la climatisation automatique, colonne de direction électrique, chargeur 6 CD, 13 HP et connectivité MP3/WMA pour l’audio, peinture métal ou mica, allumage automatique des phares, rétroviseurs électriques chauffant et rabattables, éclairage d’accompagnement, démarrage sans clé, alarme et Cruise control. L’équipement de série comprend la panoplie complète de la berline haut de gamme statutaire. Le niveau de cette Lexus IS la met en concurrence directe avec les Volvo S60, Saab 9.3, Mercedes Classe C, Jaguar X-Type, Audi A4 et BMW série 3. Son rapport prix/équipement la rend quasi imbattable, seule la Saab étant moins chère.

Sur la version Executive, l’installation radio/cd compatible MP3 et WMA est fournie par Mark Levinson, sacré gage de qualité. A l’écoute, on n’est franchement pas déçu de la qualité sonore dispensée par les 14 haut-parleurs, les basses sont amples, les aigus cristallins et l’ambiance acoustique est excellente, quelle que soit la place occupée. Parmi les voitures que j’ai déjà essayées jusqu’à présent, seule Volvo a réussi à faire encore mieux grâce à ses diffuseurs Dynaudio.


Sécurité

ABS, anti-dérapage, contrôle de traction, 2 airbags frontaux (celui du passager est double), 2 airbags latéraux, 2 airbags de genoux et les rideaux latéraux, 4 freins à disques avec assistance au freinage d’urgence…La panoplie sécuritaire est très complète comme toute berline de ce niveau de gamme. A l’intérieur, on se sent bien et en sécurité. Les matériaux utilisés ne présentent aucune aspérité et le garnissage du tableau de bord est en plastique moussé d’excellente facture. Le double airbag frontal du passager est verrouillable par clé et un voyant de rappel est placé sur la console centrale. J’aurais préféré que ce voyant figure au tableau de bord.

Le verrouillage des portes s’active automatiquement lors de la mise en mouvement.
Le détecteur d’obstacle est présent à l’avant et à l’arrière, ce dernier étant complété par une caméra de recul avec visualisation de trajectoire. Le braquage des roues est immédiatement répercuté pour indiquer au chauffeur la trajectoire théorique sur l’écran. L’enclenchement de la marche arrière bascule également les rétroviseurs extérieurs pour augmenter la visibilité vers le bas.



Dès le démarrage du moteur, un message d’avertissement de prudence apparaît sur le grand écran multimédia et le conducteur devra valider un bouton pour libérer les commandes du système. Cela doit être barbant à la longue.
Le GPS ne permet pas de changer les paramètres de destination en roulant, l’arrêt est obligatoire.

La visibilité vers l’avant gauche, ¾ arrière et l’arrière va de moyenne à médiocre, les détecteurs d’obstacles sont indispensables et la caméra de recul s’avèrera vite d’une aide précieuse et salutaire.
La tenue de route est irréprochable et les assistances diverses intégrées sont discrètes. On a peine à croire qu’il s’agit d’une propulsion tant son comportement est neutre et sécurisant. Les freins sont très progressifs et endurants, l’ABS n’est pas trop intrusif, de même que l’anti-patinage.
Les courbes rapides sont abordées à grande vitesse sans aucun souci et les épingles peuvent être attaquées sèchement sans risque de perte de contrôle. Les prises de roulis sont bien maîtrisées et je n’ai jamais pris en défaut la rigidité du châssis.
Sur autoroute, la IS se révèle très plaisante et le Cruise control sera bien utile pour éviter de dépasser les limites légales de vitesse. Sur routes dégradées, les suspensions excellent à absorber les irrégularités et les bruits sont très bien filtrés. Les suspensions sont fermes sans excès. La monte pneumatique de 17 pouces est la plus petite disponible. Je regrette que Lexus ne propose pas de monte en 16 pouces pour augmenter encore le confort sur routes dégradées.


Qualité

Que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur, la Lexus IS présente des matériaux de qualité et une finition de très haut niveau. Tout est bien assemblé, agencé et tout à l’air solide. Même les charnières de coffres sont moulées dans du PVC. La garantie proposée d’office est de 3 ans et 100.000 kms avec une couverture assistance pour toute panne couverte par la garantie constructeur.
La voiture d’essai dont j’ai disposé affichait plus de 8.000 kms et était en parfait état. Impossible d’en dire plus.


Conclusion

Marque méconnue en Europe, Lexus existe déjà depuis pas mal d’années et ses modèles actuels se démarquent mieux de la concurrence qu’auparavant. Les différents modèles se sont bien positionnés face aux Mercedes, Audi et BMW.
Toyota est depuis peu le n°1 mondial de l’automobile et ses voitures sont reconnues comme des modèles de fiabilité. Lexus étant la marque de luxe de Toyota, il ne devrait pas en être autrement et visuellement, la IS reflète une qualité indéniable.



La IS220D est la plus petite de la marque, tant en gabarit qu’en cylindrée. Son rapport prix/équipement est très concurrentiel par rapport aux européennes. Pour remplacer ma S80, elle serait une concurrente de choix s’il n’était ce problème de coffre trop petit et peu pratique pour une berline de ce gabarit. C’est le seul point qui me ferait préférer une autre marque actuellement.
La ligne générale est un peu classique à mon goût, mais offre une discrétion de bon ton qui ne risque pas d’attirer les jaloux et les voleurs.
Pour tout le reste, cette voiture réalise presqu’un sans faute.


Les Plus

- Equipement royal à prix serré.
- Confort des sièges
- Insonorisation

Les Moins

- Volume du coffre
- Pas de banquette rabattable
- Roue galette

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17022
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum