Renault Megane CC 1.9 DCi 115 cv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Renault Megane CC 1.9 DCi 115 cv

Message  Jean-Fi le Mar 12 Fév - 13:40

Voiture essayée:
Renault Megane cabriolet
Motorisation diesel 1.9 DCi 115 cv
Niveau de finition : Privilège
Prix catalogue : 30.720 €.
Conditions de l'essai:
Essayeur Jean-Fi (Super Testeur)
Origine du véhicule:
Véhicule d’essai du Renault Center de Vilvorde
60 Kms parcourus sur routes, autoroutes et en ville
Essai réalisé le 16 septembre 2006, temps clair et sec, T° extérieure 22° C, vent modéré à 30 km/h



Habitabilité et Esthétique

Avec la Mégane Cabriolet, Renault vient jouer sur les terres de Peugeot. Il était temps car les parts de marché de ce segment ne sont pas énormes et la 206CC est bien installée depuis longtemps et bien épaulée par la 307CC.

Renault innove en proposant d’office un toit entièrement vitré qui donne un habitacle très lumineux en position fermée, le point faible du segment. Le toit est complété par un store rideau bien pratique. Aucune sensation d’étouffement ne vient gâcher le plaisir en version coupé, comme on peut le ressentir dans la 206CC.

La Mégane présente une ligne très (trop ?) classique avec une malle arrière assez volumineuse qui alourdit la ligne. Le toit escamotable en deux parties ne laisse pas beaucoup de coffre, mais cela reste correct avec un accès moyen. Pas de système Easy Load comme sur l’Astra TwinTop.



En mode coupé, la Mégane propose le plus grand coffre de la catégorie avec un volume de 490 litres. En mode cabrio, c’est le plus petit coffre avec seulement 190 litres. Pour rappel, on obtient 440-205 avec l’Astra et 350-204 pour la 307CC. Bizarrement, le coffre ne présente pas un plancher plat, ce qui en rend le chargement peu pratique pour des grandes valises. Le seuil de coffre est également assez étroit.




A l’intérieur, la place est généreuse à l’avant avec une bonne largeur aux épaules et suffisamment de places pour les jambes.
Le pare-brise est très reculé et rend l’accès malaisé aux places avant. Les ceintures sont gênantes à porter vu leur implantation basse, cabriolet oblige. La conduite coude à la portière est quasiment impossible car on est assis très bas.



L’accès aux places arrières est très difficile avec le toit en place, et plus aisé une fois le toit escamoté, mais ce n’est pas la panacée.
A l’arrière, la place est comptée, insuffisante pour deux adultes de gabarit normal. Les dossiers arrière sont trop raides et les assises trop courtes, mais la garde au toit est bonne avec seulement 8 cms de moins par rapport à l’avant. En largeur, c’est insuffisant au niveau des coudes. Ce cabriolet est un faux 2 2 et les places arrière ne serviront que d’appoint alors que l’Astra propose des places utilisables et que la 307CC offre réellement 4 places adultes confortables si le conducteur n’a pas de trop longues jambes.



La Renault offre beaucoup d’espaces de rangement disséminés un peu partout. Un bon point : les accoudoirs de portières cachent également des bacs de rangement. La boîte à gants de 17 litres est réfrigérée par la clim et se verrouille automatiquement en mode cabriolet. Chiant si vous voulez y accéder en roulant. Il y a un bouton déverrouillage de la voiture pour cela, il est placé au bas de la console centrale. L’accoudoir central recèle également un coffret de 6 litres. Par contre, les bacs de portières sont très petits.

Pas de roue de secours, mais un kit anti-crevaison comme dans l’Astra CC, alors que la 307 CC propose une roue standard. A nouveau, le kit avec compresseur est en option sur l’entrée de gamme qui ne propose que deux bombes de base.

Le poste de conduite est original et esthétique, mais la qualité de finition laisse vraiment à désirer. Tout semble agencé à la va-vite avec du plastique bas de gamme. Ca grince et craque dans tous les coins en roulant. Les ajustements sont médiocres avec des jointures irrégulières. Les commandes de rétroviseurs font vraiment boutons mal fichus.

Avec une longueur de 4,35 m pour 2,03 m de large rétroviseurs compris et 1.505 kgs sur la balance, la Mégane égale presque la 307CC en dimensions, mais prend l’avantage au poids. Intéressant avec la plus petite motorisation diesel de 105 cv.


Performances et agrément moteur.

La motorisation que nous avons essayée était le 1.9 DCi de 115 cv. Ce moteur est volontaire et performant à condition de rester au-dessus des 1.800 tours. Le couple est correct et la voiture accélère bien jusqu’au régime de 3.000 tours. Il devient alors très vif avec à la clé une consommation fortement augmentée et beaucoup de bruits dans l’habitacle. Le couple maxi de 250 Nm est atteint à 1.600 rpm selon Renault, mais la réalité ne confirme pas, il faut aller aux 2.000 tours pour sentir le couple moteur. La vitesse maxi annoncée est de 197 km/h.
Le compartiment moteur est assez encombré et peu accessible. Cela devient l'habitude dans les voitures modernes et permet d'augmenter de façon significative le nombre d'heures nécessaires pour effectuer une réparation au garage et empêcher le conducteur d'intervenir lui-même.

Le capot moteur est particulièrement délicat à ouvrir, je me suis foutu de la graisse plein les mains pour arriver à enlever le crochet de sécurité. Crochet qui ne voulait plus se verrouiller ensuite, j'ai dû claquer le capot comme un malade pour y arriver.



Au ralenti, ce moteur est silencieux et vibre quelque peu. En conduite calme, il se montre assez souple, coupleux et relativement discret. La boîte 6 vitesses est bien étagée avec des rapports un peu longs. En conduite plus sportive, le moteur est volontaire, vif et montre très bien en régime, la boîte est agréable à manier et les passages de rapport parfois délicats, notamment la seconde et la 4ème . La 6ème ne servira qu’au-delà de 110 km/h et uniquement pour économiser le carburant. Pour reprendre rapidement, mieux vaudra repasser en 5ème. Le couple à bas régime manque un peu, surtout sous les 2.000 tours, il faut souvent jouer des rapports de boîte, cela rend la conduite assez ludique, mais risque de s’avérer énervant en longs trajets.

En version coupé, la Mégane est facile à conduire. Elle est agile et maniable tant que le revêtement de route est bon. Que ce soit en version coupé ou cabriolet et à condition de conduire calmement, elle est agréable à conduire, vive et dynamique et tout à fait utilisable au quotidien comme véhicule principal pour un couple sans enfants.

Au-delà de 160 km/h, la direction devient franchement floue, je n'ai pas osé la pousser plus loin. J'ai oublié de jeter un coup d'oeil à la monte pneumatique probablement inadaptée.


Consommation

Je n’ai disposé de cette voiture que pendant une heure, avec ma femme sur le siège passager, ce qui ne permet pas vraiment de tester à fond la caisse. Il fallait également que je puisse prendre les photos dans les différentes configurations. Je voulais également faire divers trajets dans les deux configurations pour comparer.
Selon l’ordinateur de bord, ma consommation était de 7,7 l/100, ce qui me semble raisonnable vu le genre de conduite adoptée. Renault annonce 4,9 l/100 de minimum et 7,4 de moyenne mixte. Le réservoir de 60 l devrait donc permettre une autonomie de 1.200 Kms sur autoroute et plus de 800 en conduite mixte. Assez bien pour une voiture de 1.500 kgs et destinée à l’agrément.


Confort

Les sièges avant soutiennent bien le dos et disposent d’un réglage lombaire et de hauteur. Le soutien latéral est moyen. Les sièges arrières sont très durs, les dossiers trop étroits et trop raides à mon goût.
Les suspensions sont assez sèches et le châssis manque beaucoup de rigidité sur l’avant.
Sur routes dégradées, les secousses sont nombreuses et sèches et les roues avant ont une fâcheuse tendance à cirer, d’autant que la version essayée ne disposait pas de l’anti-patinage. Sur bon revêtement, les irrégularités sont bien filtrées et le confort acoustique correct. L’insonorisation est médiocre au niveau du toit et des plastiques, beaucoup de bruits parasites viennent troubler la tranquillité.



En version cabrio, le manque de rigidité du châssis devient problématique et la conduite sur mauvais revêtement s’avère délicate si on ne lève pas le pied. La conduite toutes vitres ouvertes est impossible au-dessus de 90 km/h tant les remous sont importants. Ecran coupe-vent obligatoire. En relevant toutes les vitres, cela devient supportable jusqu’à 110-120, pas au-delà. On est très très loin du confort de la 307CC et de l’Astra TT pour cet aspect.



Le levier de frein à main est de type poignée avion, moins encombrant qu’un levier habituel. Si l’option sièges chauffants est installée, les boutons de commande sont assez mal placés à la base du levier de frein.

Le moyeu de volant est particulièrement désagréable au toucher et l'indicateur de vitesse est peu lisible en ce qui concerne les nombres pairs, plus petits que les impairs. Le 130 est en plein centre, normal pour une française.

L’ouverture du toit est commandée automatiquement par deux boutons (ouverture et fermeture) placés sur le revers de l’accoudoir central, au-dessus du frein à main. Il faut maintenir le bouton adéquat pendant toute la manœuvre jusqu’au bip sonore. La manoeuvre exige l’arrêt complet du véhicule, pied sur la pédale de frein et nécessite 22 sec.
Les 4 vitres remontent automatiquement en fin de manœuvre si vous ne lâchez pas le bouton de commande.
Bizarrement, les commandes de vitres ne sont pas séquentielles, encore une option réservée à la version haut de gamme.

Téléchargez ici une vidéo de la manoeuvre de fermeture du toit (5,9 Mb)

Enfin, nous avons constaté de forts reflux de gaz d'échappement en mode cabrio à basse vitesse.


Sécurité

La version que nous avons essayée disposait des 4 airbags habituels, de l’ABS et de la direction assistée asservie à la vitesse. L’ESP est en option et je ne peux que la conseiller avec cette motorisation ou les versions plus puissantes. On dispose en plus d’arceaux rétractables sur 13 cms et de 2 airbags anti-glissement dans l’assise des sièges avant. Cependant, les arceaux sont fixes en entrée de gamme. Les essuie-glaces et phares automatiques sont proposés de série.
L'airbag passager est verrouillable avec la clé et un voyant lumineux rappelle le blocage au tableau de bord.
Le frein de stationnement est équipé d'un rappel sonore en plus du voyant
traditionnel. Excellent pour les distraits. 4 freins à disques de série complètent la partie sécurité.

La visibilité arrière est assez moyenne, les montants arrière pénalisent la vision de ¾ et et les arceaux pourtant creux n'aident pas pour voir au travers de la lunette, très inclinée. En version fermée, le radar de parking ne devrait pas être nécessaire comme sur l’Astra et la 307CC, mais utile tout de même. La vision latérale est excellente vu l'absence de montant de portière.




Qualité et équipement

La qualité de finition est moyenne, les plastiques sont de qualité médiocre et l’ajustement laisse à désirer à plusieurs endroits.
La peinture est bien finie, les boucliers bien ajustés et les joints de portes et de coffre sont épais.
Cette voiture donne une impression intérieure de bon marché et n’inspire guère confiance, mais l’aspect esthétique compense en partie avec plusieurs combinaisons de teintes différentes et de qualités de revêtements de sièges.

L’équipement de base est complet avec tout de même quelques mesquineries comme le supplément pour la climatisation automatique au lieu de l’airco manuel, la radio cd et les jantes en alliage. Sinon, on dispose de l’ordinateur de bord, rétros électriques chauffants (rabattables en option), volant multifonctions…la panoplie habituelle des berlines modernes actuelles. Les capteurs de pluie, de luminosité et le démarrage sans clé sont également au rendez-vous. Le capteur de luminosité m'a semblé très peu réactif par rapport à l'Astra et la 307.
Comme dit plus haut, pas de vitres séquentielles sur cette version.

3 modèles de systèmes de navigation peuvent être installés en option et disposent tous des commandes au volant. Même chose pour le pré-équipement téléphonique compatible avec les GSM les plus courants actuellement. 4 modèles de radio CD sont proposés en option, le plus high tech est fourni par Cabasse. Le tout en option également.




Conclusion

J’ai essayé cette voiture car elle faisait partie des candidates au remplacement de la vieille Skoda Felicia que ma femme avait depuis 5 ans. J’ai également essayé l’Opel Astra TwinTop 1.9 CDTi 150 cv et la 307CC 2.0 Hdi 136 cv (finalement choisie).
La Mégane nous a laissé une mauvaise impression de qualité de finition et d’habitabilité. Ses performances sont bonnes, son coffre spacieux en mode coupé, mais sa ligne est banale et un peu lourde. La palette de couleurs extérieures est triste pour un véhicule d’agrément. Le choix d’habillage intérieur et de moteur est tout à son avantage et nous aurions opté pour le 1.5 Dci de 105cv si nous avions choisi la Renault ; essentiellement pour des raisons fiscales.

Aux places arrières, c’est très juste et réservé au dépannage ou à deux enfants.
La Mégane manque énormément de rigidité au niveau du châssis, surtout sur le train avant. Le prix de base est intéressant, mais la liste d’options nécessaires pour l’amener au niveau de la 307CC de base (Dynamic) fait grimper la facture de façon vertigineuse et arrive alors quasi au même prix que la Peugeot, mais avec une impression générale de qualité inférieure.
La taxe de mise en circulation en Belgique pour ce moteur de 115 cv est de 123 € contre 867 € pour le 1.9 150 cv de l’Astra et 495 € pour le 2.0 de 136cv de la Peugeot.

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain


avatar
Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17028
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum