Jaguar X-Type 2.2D Collection 150 cv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jaguar X-Type 2.2D Collection 150 cv

Message  Jean-Fi le Lun 1 Mar - 8:14

Voiture essayée:

Jaguar X-Type 2.2D 150 cv-Boîte auto séquentielle
Niveau de finition: Collection
Prix catalogue avec les options installées: 35.950 €, prix négocié de 35.235 € avec la peinture métal offerte Rolling Eyes .
Taxe de mise en circulation: 867 €
Taxe annuelle: 450,52 €



Conditions de l'essai:

Véhicule prêté par le concessionnaire Jaguar de Waterloo.
Essai réalisé le 27 février 2010, temps ensoleillé, routes sèches. Température 12°, vent faible.


Essayeur: Jean-Fi


Habitabilité et esthétique

La Jaguar X-Type est en fin de vie, le groupe Tata Motor qui détient maintenant la marque a cessé sa fabrication et décidé de ne pas la remplacer. La XF devient ainsi l'entrée de gamme de la firme au félin.
Depuis qu'elle existe, la X-Type a juste subi un léger restyling qui lui a donné un peu plus de gueule, notamment en reprenant la calandre et les phares de l'ancienne XJ, calandre bien plus jolie que la première version. Les pare-chocs ont un peu gonflé pour augmenter l'impression de longueur. Le bout du capot a été légèrement redressé et débarrassé du jaguar bondissant pour faire place à la gueule ouverte, nouveau logo de la marque.

Cette petite Jaguar qui a sauvé la marque de la disparition s'est exceptionnellement bien vendue en offrant sur les mêmes bases techniques une alternative très british à la Ford Mondéo.
La ligne latérale est assez plate et bien proportionnée en trois corps, notamment grâce à un couvercle de malle très horizontal. Vu de l'arrière, la garniture chromée a grandi pour faire la liaison complète entre les feux et un petit becquet complète la ligne du coffre. Les garnitures chromées des pare-chocs ont quant à elles disparu.

Avec une longueur de 4,67m et une largeur de 2m, la X-Type est une berline de bonne taille offrant une habitabilité tout à fait correcte. Les places avant sont généreuses mais la largeur intérieure est un peu juste et les coudes des personnes installées à l'avant se toucheront systématiquement, en se disputant ainsi l'usage de l'accoudoir central trop étroit pour deux. Cet accoudoir dissimule deux compartiments de rangement superposés et il est mobile d'avant en arrière.



La place réservée aux jambes est bonne, sans excès. Les espaces de rangement ne sont pas très nombreux et de taille moyenne. Les sièges offrent une très bonne assise et un bon soutien lombaire. Le siège conducteur est réglable électriquement dans toutes les directions et comporte 3 mémoires. Les commandes sont placées exactement au même endroit que chez Volvo, on est en terrain connu vu que la marque faisait partie du même groupe.

A l'arrière, la place pour les jambes est plutôt restreinte et on a les genoux dans les dossiers de sièges qui comportent des aumonières.
La largeur est un peu juste à nouveau et on se contentera plutôt de deux places confortables en oubliant la place centrale qui masque un gros accoudoir et deux porte-gobelets. L'assise est excellente et le soutien dorsal est assez bon. La garde au toit est un peu limitée et les grands gabarits se sentiront un peu étouffés.



Le coffre présente une capacité totale de 452 litres, dans la bonne moyenne du segment, mais sa hauteur utile n'est pas très importante et limitera l'emport d'objets encombrants. Le plancher n'est pas tout à fait plat et les passages de roues encombrent la malle, réduisant encore son aspect pratique. La banquette est rabattable en 1/3 2/3 et il n'y a pas de trappe à skis.
Côté droit, un compartiment fermé abrite le lecteur DVD du système GPS et un chargeur de 6 CDs pour le système audio.
Le seuil de coffre est découpé entre les feux et sa hauteur ne facilite guère le chargement d'objets lourds. Le plancher abrite une roue de secours de type galette.

La X-Type n'est plus disponible que dans cette version Collection uniquement et en deux couleurs actuellement en stock: Bleu ionien (couleur du véhicule essayé) ou Gris Shadow et avec des jantes 17 pouces à 12 rayons appelées Belize.
Si j'avais eu le choix, j'aurais opté pour la couleur grenat (appelée Chili) magnifiquement assortie à l'intérieur cuir de couleur ivoire.




Performances et agrément moteur

Le moteur 2.2 litres d'origine Ford est une évolution réalésée du 2 litres PSA et il offre 150 cv pour 360 Nm de couple à 1.800 tpm. Comme sur la Ford Mondéo, un overboost permet de disposer d'un surcroît de couple jusqu'à 400 Nm pendant quelques secondes. Pour sa cylindrée, ce n'est pas du tout exceptionnel et le poids de la voiture n'en fait pas un foudre de guerre. Il émet 184 gr de CO² au km contre 159 avec la boîte manuelle. Ce bloc est bien entendu équipé d'un filtre à particules.

Au ralenti, l'insonorisation est très bonne et le moteur ronronne doucement en silence et sans qu'aucune vibration ne vienne le trahir.
Au démarrage, le moteur se montre tout à fait volontaire et la boîte de vitesses automatique à 6 rapports gère les passages de façon très homogène et discrète, sans brutalité. Les accélérations sont franches, mais avec peu de caractère sportif. On n'est pas dans une BMW ou une Audi plus rageuse. Par rapport à l'utilisation de ce moteur chez Ford, Jaguar a préféré opter pour une cartographie privilégiant le confort des passagers. Ainsi, le 2 litres n'offre que 130 cv alors qu'il en fait 136 chez PSA, Volvo et Ford. Ce bloc 2,2 litres fait 155 cv dans la Mondéo. Avec une même cylindrée, Lexus offre 167 cv, des performances et un agrément d'utilisation supérieurs.



Sur belles routes, la X-Type réagit rapidement à l'enfoncement de l'accélérateur et des vitesses prohibées sont rapidement et facilement atteintes, le 200 est avalé très facilement dans une grande quiétude.
En mode Sport, la boîte séquentielle est agile et légère, les passages de rapports se font plus haut en régime et on gagne en performance sans pour autant perdre en confort intérieur. Cette boîte vous permet également de jouer du levier en optant pour des changements de rapports manuels, simplement en poussant le levier vers l'avant pour monter et tirer en arrière pour descendre de rapport.
Dans ce cas, il y a moyen de s'amuser un peu et de pousser la voiture vers ses limites avec beaucoup de plaisir, mais la voiture n'est pas dans le créneau qui lui convient le mieux et elle aura tendance à flotter un peu dans les bosses et les virages.

J'ai parcouru 110 kms à son bord et je l'ai trouvée très agréable à conduire, maniable et réactive, mais sans pour autant y retrouver l'agrément de la mienne qu'elle serait susceptible de remplacer. La catégorie et la cylindrée ne sont pas les mêmes non plus.
Ce moteur est à réserver à des gros rouleurs qui aiment leur confort et la vitesse, mais pas à ceux qui veulent taper dedans sur les autoroutes germaniques; laissez ce terrain de jeu à BMW et Audi avec leurs deux litres de 163 cv.

Le 0 à 100 est réalisé en 9,9 sec et la vitesse maximale annoncée est de 208 km/h (216 en boîte manuelle). La Ford Mondéo testée par Rockrider avec le même moteur fait mieux en accélération et vitesse de pointe avec un petit avantage de 30 kgs sur la balance.


Consommation

Le constructeur annonce une consommation de 5,4 sur autoroute, 9,5 en ville et 6,9 en conduite mixte. Sur papier, c'est déjà trop. Sur mon essai, j'ai consommé 7,9 litres au 100 avec une conduite très similaire à celle dont j'use au quotidien avec la mienne, mais en changeant plus souvent de rythme. Sachant qu'elle pèse 1.532 kilos, soit 450 kilos de moins que la mienne, sa consommation est exagérée. En adoptant ma conduite habituelle, je devrais théoriquement descendre vers les 7,2 au mieux, soit 1 bon litre de plus que mon vénérable char d'assaut de 200.000 kms.
Le vendeur m'a confirmé ne pas descendre sous les 8 litres en usage mixte. Le réservoir de 61,5 litres vous permettra au mieux une autonomie de 850 kms sur base des ces estimations, c'est assez moyen et très loin de mon record de 1.560 kms.
Sur papier, la boîte automatique est censée pénaliser la consommation de 0,9 litre. Avec la Mondéo, Rockrider consommait 7,5 litres en roulant plutôt à 160 sur autoroute.


Confort - Equipement

La X-Type Collection est une série spéciale basée sur la version Executive déjà très complète et y ajoute la transmission automatique, l'aide au stationnement à l'avant en plus de l'arrière, des jantes de 17 pouces spécifiques, le GPS et le chargeur de CD. Les pneus montés d'origine sont des Pirelli en 225/45/17.
De série, la dotation est ultra-complète avec l'intérieur cuir le plus haut de gamme de couleur ivoire (presque blanc) avec des coutures gris foncé, sièges avant chauffants, radio CD avec chargeur 6 cd 1 cd au tableau de bord, cruise control, garnissage en loupe de noyer véritable, climatisation bizone, colonne de direction réglable en hauteur et profondeur, allumage automatique des phares et des essuie-glaces, finition chromée des rétroviseurs rabattables électriquement, ordinateur de bord avec écran 7 pouces tactile, assistance parking avant et arrière...
Sachant que la X-Type est la concurrente directe de l'Audi A4, son tarif en fait une alternative plus confortable et plus avantageuse financièrement mais en offrant un agrément de conduite plus tranquille, très typé bon père de famille.



Les commandes sont généralement bien placées et le système central à commandes tactiles est aisé et convivial à manipuler, j'ai juste trouvé assez casse-pied l'écran de validation du GPS lors de l'activation: comme chez Lexus, vous avez un message d'avertissement sur les risques de manipulation en roulant, mais la validation obligatoire vous permettra de l'utiliser en route là où Lexus vous impose l'arrêt.
Comme souvent dans les GPS intégrés, l'écran est placé trop bas à mon goût et hors du champ de vision du conducteur. Petit détail idiot: les instructions vocales du GPS coupent totalement la radio, c'est agaçant au possible et vous interdit quasi l'écoute de musique avec le GPS actif. Heureusement, il est possible de couper le son via l'écran tactile.

Le système d'assistance de parking fonctionne bien mais son seuil d'alarme est encore une fois trop pessimiste et il se met en alarme continue à plus de 35 cms de l'obstacle; c'est beaucoup trop à mon goût et rend le système peu utile. Enfin, seul un bip sonore vous guidera en manoeuvre, aucun pictogramme visuel ne viendra vous renseigner sur l'endroit précis de l'obstacle signalé. Une simple Peugeot vous donne des indications sonores ET visuelles, Jaguar se montre un peu chiche là-dessus.

Le levier de boîte séquentielle est très bien fini et très agréable à manipuler, le conducteur actif appréciera grandement de passer les rapports lui-même.
La loupe de noyer occasionne trop de reflets, surtout avec un intérieur très clair comme celui-ci, je préfère nettement la ronce de noyer quasi mate de la XF ou le palissandre anciennement disponible en option.
De manière générale, les plastiques sont fins, trop rigides et bruyants lorsqu'on tapote dessus.

L'installation audio de série est de bonne qualité, nettement meilleure que celle qui équipe la version de base dont dispose mon voisin. Dans la sienne, les woofers saturent vite et viennent taper dans les grilles de protection, comme sur la Renault Laguna 3.
Ici, rien de tout cela, le son est très bon quoiqu'un peu lourd, et la diffusion dans l'habitacle via les 8 haut-parleurs est excellente. Par contre, on déplorera un manque de puissance, l'absence de compatibilité MP3 et de prise USB pour y connecter un lecteur extérieur.




Sécurité

De série, la X-Type est équipée du package standard de toute bonne berline. Pas de supplément marquant comme d'éventuels airbags de genoux (disponible uniquement sur la 2.5 V6), de détecteur d'angle mort, de radar de maintien de distance ou de système automatique de freinage d'urgence comme chez Volvo. N'oublions pas que cette voiture a déjà quelques années d'existence derrière elle et qu'elle est en fin de vie, elle comporte ainsi tout ce qui se faisait lors de sa conception.

Sur la route, la tenue de cap est bonne mais sans pour autant se révéler particulièrement accrocheuse. Elle est saine et prévisible, on la sent bien commencer à flotter lorsqu'on atteint ses limites et les systèmes électroniques d'assistance font correctement leur travail.
Les suspensions sont souples sans mollesse, très similaires aux Volvo actuelles avec un poil plus de dureté. La monte pneumatique en 17 pouces Pirelli lui convient parfaitement, mais gare à l'usure prématurée, je parle d'expérience.

En virages rapides, la X-Type se comporte de façon franche et sans surprise, mais dès que la route se resserre et/ou se dégrade, le comportement routier s'en ressent. Elle se révèle alors assez lourde et souffre facilement de tangage en se rapprochant fortement du comportement de la mienne. Les routes en lacets ne seront clairement pas son terrain de jeux favori.
Sur route dégradée, les suspensions absorbent les irrégularités sans trop de difficultés mais de façon assez sèche et un peu sonore. Le confort à bord reste malgré tout de bon niveau.


Qualité

Que ce soit à l'extérieur ou à l'intérieur, la qualité générale est de très bonne facture, on n'est pas loin des standards des meilleures berlines germaniques ou suédoises, mais ça et là, quelques petites approximations d'assemblage et la qualité de certains plastiques pourraient être corrigées. De même, les commandes au volant pourraient être de meilleure facture. Le volant est hérité de de la XF, excepté la jante légèrement différente et moins agréable en main.

J'ai constaté que l'ouverture de capot se faisait via un crochet visiblement assez fragile et que la calandre, solidaire du couvercle, était réalisée dans un plastique très bas de gamme. Le capot est monté sur deux vérins pneumatiques, comme chez Volvo. Je préfère nettement ce type de verrouillage qu'une simple béquille à la française.

Sous le capot, tout est camouflé et peu accessible, seuls les niveaux à vérifier sont signalés en jaune.
Globalement, on est au même niveau de qualité que dans une Opel Insignia mais en-dessous de la qualité des Audi, BMW, Mercedes, Lexus et Volvo.


Conclusion


Essayée dans le cadre du remplacement potentiel de ma voiture, la X-Type Collection est une alternative plus compacte et moins onéreuse que la Volvo S80, surtout au tarif proposé actuellement. Cependant, je dois regretter que l'agrément de conduite ne soit pas extraordinaire et qu'elle présente quelques petites approximations d'assemblage et de matériaux. Une consommation trop élevée dans cette catégorie et l'impossibilité de choisir la couleur qui avait ma préférence en faisait juste un choix de raison face à l'Opel Insignia plus moderne et un peu moins chère.
Mais en recevant l'offre de Jaguar qui se contente de m'offrir la peinture métal à 715 € et ne me donne que 3.800 € pour la reprise de la mienne, j'ai décidé de ne pas m'orienter sur cette X-Type.
Je pense également au fait qu'il s'agit d'une voiture déjà ancienne sur le marché et qui aura disparu des concessions dans 6 mois au plus, chose qui pénalisera fortement sa cote pour une revente ultérieure.

Dans ce bleu, elle est certes jolie et élégante, l'intérieur est très beau et classique, elle est confortable et assez spacieuse, mais ce n'est pas le coup de coeur que je ressens à chaque fois que je prends le volant de la XF ou l'agrément voluptueux de ma vieille S80.
J'attendrai donc la sortie de la nouvelle S60, dernière vraie concurrente en lice pour moi.

Pour les bons pères de famille qui souhaitent disposer d'un véhicule de bonne qualité, confortable et bien équipé en disposant malgré tout d'un minimum de performance, cette X-Type est un choix incontournable à envisager face au tarif exagéré et l'austérité des allemandes. Seules l'Opel Insignia, la Saab 9.3 et la Lexus IS peuvent venir la concurrencer et ce sera alors l'esthétique qui vous orientera entre les quatre.


Les Plus

- Equipement généreux et complet
- Esthétique intérieure
- Confort général
- Excellente boîte séquentielle
- Moteur souple

Les Moins

- Consommation trop élevée
- Caractère un peu mou et aseptisé
- Coffre peu pratique
- Qualité de certains plastiques
- Pas de vraie remise malgré une liquidation de stock

_________________
Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais Mark Twain



Jean-Fi
Admin
Admin

Nombre de messages : 17019
Age : 50
Localisation : Jamais très loin
Date d'inscription : 20/01/2008

http://totalwhisky.e-monsite.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum